© shotshop.com

Science.lu huet Froen zum Thema Wëssenschaft un all d’lëtzebuerger Parteie geschéckt, déi an deene 4 Bezierker fir d’Wahlen 2018 kandidéieren. An eiser Série „Walen 2018 – Positioune vun de Parteien zur Wëssenschaft“ publizéiere mer d’Äntwerten vun de jeweilege Parteien. Hei de geneeë Wuertlaut vun der éischter Fro:

En 2016, le Fonds National de la Recherche (FNR) a lancé conjointement avec la Chambre des Députés l’initiative « Pairing Scheme – Politics meets Research » dans le but de promouvoir l’échange entre le monde scientifique et le monde politique, ainsi que d’encourager les femmes et les hommes politiques à recourir davantage aux résultats scientifiques pour étayer leurs décisions. Dans quelle mesure votre parti fonde-t-il ses propositions/positions sur des résultats scientifiques et souhaite-t-il à l’avenir accroître cette proportion ? Comment votre parti suggère-t-il de renforcer le dialogue entre les responsables politiques et les chercheurs ? Que manque-t-il actuellement (selon votre parti) pour que davantage de résultats scientifiques soient intégrés dans le processus décisionnel politique ?

D’Parteie fannen et all wichteg, dass se hier Décisioune kënnen op wëssenschaftleche Resultater baséieren.

D’DP mécht drops opmierksam, dass een sech als Députéierten dacks mat ganz techneschen Dossieren aus ënnerschiddleche Kommissioune befaasst. An dass do dann dacks net genuch Zäit géif bleiwen, fir sech an de leschten techneschen Detail anzeschaffen. Dofir wier et wäertvoll wann een op gutt Partnerschaften ziele kéint.

Fir déi gréng feelen aktuell eng adequat intern wëssenschaftlech Expertise an och e reegelméissege Recours zu externer Expertise. Sie sinn der Meenung dass thematesch Débâten an der Chamber missten an de parlamentaresche Kommissiounen an Zesummenaarbecht mat Fuerscher preparéiert ginn, déi Experten an deene jewilege Sujete sinn. Ausserdeem misst eng méi enk Collaboratioun tëscht der Chamber an de lëtzebuerger Fuwrschungsinstitutiounen en place gesat ginn, fir d’wëssenschaftlech Expertise am legislativen a regulative Prozess  ze renforcéieren.

Déi Lénk werfen an deem Kader d’Fro vun der Autonomie vun der Recherche op. Ma sie schwätzen sech awer och derfir aus, fir méi Know How vun der Fuerschung an de reglementaresche Prozesser vun der Chamber z’integréieren, notamment andeems obligatoresch Auditioune vu Chercheuren an de Kommissiounen géifen agefouert ginn. Anerersäits kéint eng online Plattform hëllefen, déi Kontakter vu Chercheuren no Domaine d’expertise oplëscht.

D’ADR ass och favorabel zu engem Echange tëscht der Fuerschung an der Politik. Sie wërft op, dass Lëtzebuerg Problemer huet an all Domaine Expertise ze liwweren, wëll mir jo net an all Domaine aktiv sinn. A sie werfen och op, dass d’lëtzebuerger Recherche Problemer géif kréien, all Partei op engem selweschten Niveau kënen ze bedéngen. Sie mengen dohier dass ee kéint d’Necessitéit fir e méi substantiellen, kontinuéierlechen an institutionnaliséierte Conseil Scientifique um Niveau vun de Regierungsdecisioune gesinn, ma dass dest um Niveau vun de Parteie méi schwiereg wier. Ausserdeem gesinn sie de Risiko vun deontologesche Problemer…

D’LSAP wéilt gär selwer méi Recours huelen op wëssenschaftlechen Know How, vrun allem an de Sozial- a Geeschteswëssenschaften, an do méi präzis an de Beräicher Educatioun, Santé, Finanzen a Justiz. Sie plädéieren och fir e Renforcement vun institutionnaliséierten Echangen tëscht Politik a Fuerschung. Ma sie fannen dass et awer och nach méi informell Renconteren tëscht Chercheuren a Politiker misst ginn, fir dass net nëmme Politiker kéinte méi wëssenschaftlech Donnéen zur Kenntnis huelen, ma dass och d’Fuerscher hier Fuerschung méi der politescher Realitéit kéinten upassen. No dem Ressenti vun der LSAP ass et ënnert anerem duerch dee Magel u sozialem Impakt vun der Fuerschung dass aktuell d’Resultater vun der lëtzebuerger Fuerschung net ëmmer sou kënnen an den Entscheedungsprozess integréiert ginn.

D’CSV ass der Meenung dass de Pairing Scheme vum FNR e gudden éischte Schrëtt wor a Richtung vu méi developpéierten Echange-Plattformen. An dass a sou Plattformen och Leit aus der Wirtschaft an Industrie sollten derbäi sinn an dest an entweder engem informelle Kader, oder an engem méi institutionnaliséierte Kader.

Hei d’Äntwerte vun de Parteien am Detail:

Dans quelle mesure votre parti fonde-t-il ses propositions/positions sur des résultats scientifiques et souhaite-t-il à l’avenir accroître cette proportion ?

DP

D'Initiativ Pairing Scheme – Politics meets Research hat ee grousse Succès bei de Membere vun der DP-Fraktioun. Bei der Editioun 2016 hunn d'Deputéiert Simone Beissel, André Bauler, Gusty Graas an Alexander Krieps matgemaach. Als Deputéierten ass een dacks mat ganz techneschen Dossieren aus ënnerschiddleche Kommissioune befaasst. Do bléift oft keng Zäit, fir sech bis an de leschten techneschen Detail anzeschaffen. Ëmsou méi wäertvoll ass et, wann een op eng gutt Partnerschaft mat Fuerscher ziele kann, déi e Projet aus der Perspektiv vun der Wëssenschaft kënne beliichten an esou zousätzlech Fakten zum politeschen Debat bäidroen. De Projet Pairing Scheme – Politics meets Research war an deem Sënn eng eemoleg Geleeënheet, fir Kontakter ze knäppen an d'Zesummenaarbecht tëschent Fuerscher a Politiker op laang Siicht ze stäerken. D'DP gesäit an esou Initiative jiddefalls eng grouss Chance a wäert de Projet an Zukunft weider ënnerstëtzen.

déi gréng

Les connaissances et le savoir scientifique jouent un facteur important dans notre prise de décision et dans l’élaboration de toutes nos politiques. Une référence sur des résultats scientifiques actuels est particulièrement importante en ce qui concerne nos positions dans la politique sociale, environnementale et climatique. Nos positions et l’écologie politique en général sont aussi bien inspirées par des résultats de sciences « hard » que par des résultats de sciences « soft ». Les trois députés verts – donc la moitié de notre groupe parlementaire – ayant participé au « pairing scheme », ont beaucoup apprécié cette expérience et l’échange qu’ils ont eu avec les chercheurs et chercheuses. Nous espérons dès lors que cette initiative pourra être répétée dans les années à venir. Ensuite, pour déi gréng, il manque actuellement à la fois une expertise scientifique adéquate interne à la Chambre et le recours plus régulier à une expertise externe. Nous sommes aussi d’avis, que dans le futur, les débats thématiques à la Chambre des député-e-s (comme par exemple des débats sur le plurilinguisme, les cryptomonnaies, l’intelligence artificielle, etc.), devraient être préparés dans les commissions parlementaires en collaboration avec des chercheuses et des chercheurs expert-e-s dans les domaines respectifs. Dans ce contexte une collaboration plus étroite entre la Chambre et les différents organismes scientifiques (instituts de recherche et Université) devra être mise en place afin de renforcer l’expertise scientifique dans le processus législatif et règlementaire. Enfin, ce recours plus systématique à une expertise interne et externe devrait aussi profiter à une évaluation systématique des politiques publiques en vue d’adaptation législatives.

déi Lénk

La consultation régulière et spécifique d’un personnel scientifique dans le cadre du processus de législation, reste plus l’exception que la règle. En même temps création de « think thanks » témoigne d’une volonté d’organismes politiques de recourir à la recherche scientifique pour mieux étayer leurs arguments, propositions et mesures politiques. Cette dernière méthode pose la question de l’autonomie de la recherche en s’inscrivant dans une approche utilitariste de l’expertise scientifique. déi Lénk propose d’une part d’inscrire obligatoirement les auditions de chercheurs/chercheus.e.s dans le processus de réglementation à la Chambre des Députés. D’autre part, la mise en place d’une plateforme en ligne répertoriant par thèmes et domaines de recherche les contacts des chercheuses et chercheurs du FNR, de l’université et des différents centres de recherches au Luxembourg, pourra faciliter et encourager le recours aux données scientifiques de la part des organismes politiques. Ceci dit, la coopération avec les représentant.e.s du monde la recherche part en premier lieu d’une volonté politique. déi Lénk se revendique de cette volonté politique.

ADR

Pensez-vous que les décisions politiques ne sont pas suffisamment étayées par les résultats scientifiques ? Que vous fait dire cela ? Est-ce le fruit d’une recherche scientifique ou d’une appréciation empirique et subjective de votre part? L’ADR est favorable à un échange et j’espère que l’accueil intéressé que nous vous avons réservé lors de notre entrevue récente l’a prouvé. Mais nous vous renvoyons à vos propres commentaires concernant les spécificités luxembourgeoises (« le Luxembourg, en raison de sa taille et donc de son incapacité à couvrir tous les domaines de sorte à avoir une masse critique partout »). Je pense que la recherche aurait du mal à accommoder tous les partis à un même degré. On pourrait voir la nécessité d’un conseil scientifique plus substantiel, plus continu et institutionnalisé au niveau des décisions gouvernementales mais ce serait plus difficile au niveau des partis. Enfin, je pense qu’une interaction accrue se verrait vite acculé à de substantiels problèmes déontologiques aussi bien des chercheurs que des hommes politiques.

PiD

Il n’y a pas de raison d‘ignorer les investigations scientifiques et de les inclure dans le processus décisionnel politique. Le contraire ne serait pas logique.

LSAP

Pour le LSAP il est évident que pour l’élaboration de ses propositions et positions soient prises en considération les situations politique, budgétaire et sociétale respectives au même titre que les données, caractéristiques et connaissances scientifiques disponibles en rapport avec la thématique en question. La réponse à la question si le LSAP souhaite à l’avenir accroître cette proportion est affirmative, plus précisément dans le domaine des sciences humaines et sociales en prenant en considération les sciences de l’éducation mais aussi dans les domaines de la santé, des finances et de la justice. A notre avis, le renforcement du dialogue entre les responsables politiques et les chercheurs et par conséquent une meilleure connaissance du milieu professionnel de l’autre passe par un renforcement d’échanges institutionnalisés. Dans ce cadre un rôle primaire reviendrait à la Chambre des Députés d’un côté et le FNR respectivement les différents Centres de recherche publics et l’Université de l’autre côté. En outre, un deuxième volet complémentaire et indispensable permettant aux politiciens de prendre des décisions davantage basées sur des données scientifiques et aux chercheurs de mieux définir l’impact sociétal de leurs travaux est aux yeux du LSAP, l’organisation d’échanges « personnalisés », directs, moins formels et réguliers, entre des chercheurs et des hommes ou femmes politiques selon par exemple le modèle du Pairing Scheme. D’après notre ressenti, actuellement c’est aussi ce manque d’impact sociétal resp. le manque de proximité de certains travaux de recherche par rapport à la réalité politique décisionnelle qui constitue une des raisons principales pour l’intégration encore assez limitée de travaux scientifiques luxembourgeois dans les prises de décision politiques.

CSV

Le CSV a pleinement soutenu et encourage le projet du «Pairing Scheme », initié par le FNR et consistant en la promotion de l'échange entre le monde scientifique et le monde politique, les deux connaissant des contraintes et modalités de travail très distinctes. Ainsi, cette initiative pourrait être un premier pas en direction de plateformes d'échanges plus développées et nous sommes par ailleurs d'avis qu'il faudrait également y associer les acteurs issus du monde économique et industriel, ceci dans un cadre informel ou, le cas échéant, suivant un cadre plus institutionnalisé.

Auteur: Jean-Paul Bertemes (FNR)
Foto: shotshop.com

Auch in dieser Rubrik

Foto de Dr Andrew Ferrone, chef du service météorologique de l’Administration des Services Techniques de l’Agriculture
Journée mondiale de la météorologie 2019 Le Soleil, la Terre et le temps

Le 23 mars, les services météorologiques nationaux de tous les pays du Monde mettent en avant leur travail quotidien. Quelle est le rôle du Luxembourg dans ce contexte ?

Foto von Tonie van Dam
Transferable Skills Training Wie die Uni angehenden Doktoren wichtige Fähigkeiten vermittelt

Wer erfolgreich promoviert, liefert damit den Beweis, dass er auf einem bestimmten Gebiet ein Experte ist. Nur was ist mit dem Rest?

Walen 2018 – Positioune vun de Parteien … zu wëssenschaftlecher Carrière am Aklang mat Familieliewen?

D’Proportioun vu Fraen an der Recherche hëllt of, wann et em déi méi héich Poste geet. Wat wëllen d’Parteien dogéint man? A wéi steet et mat Familieliewe fir Fuerscher? Deel 4 vun eiser Serie.

FNR
Walen
Walen 2018 – Positioune vun de Parteien… … zu de lëtzebuerger Investissementer a Fuerschung ?

Wéi vill % vum PIB sollt Lëtzebuerg an d’Fuerschung investéieren? A wéi soll Lëtzebuerg méi privat Investissementer an RDI stimuléieren? Deel 2 vun eiser Serie.

FNR