(C) S. Heuschling, LTA

L’IBLA a été fondé en 2007 par les deux associations luxembourgeoises d’agriculture biologique bio-LABEL et Demeter Luxemburg.

L’IBLA mène des recherches directement liées à l’actualité de l’agriculture biologique au Luxembourg. Par exemple, les conditions de culture du soja ou le rendement et la résistance aux maladies de différentes variétés de pommes de terre y sont étudiés. Les chercheurs de l’IBLA examinent également la durabilité du système alimentaire luxembourgeois, de l’agriculture et des habitudes alimentaires dans la société au comportement des consommateurs lors de leurs achats alimentaires. L’IBLA conseille également les exploitations agricoles sur la transition vers l’agriculture biologique ou biodynamique et propose des formations complémentaires dans ce domaine. Le transfert de connaissances s’effectue principalement par le biais du service de conseil interne, lors d’événements tels que des conférences sur des sujets comme les légumineuses, ou en participant à des expositions agricoles telles que la Foire Agricole. L’IBLA utilise des brochures pour fournir des informations sur des sujets actuels et pertinents. Il peut s’agir par exemple de brochures sur l’élevage des veaux sous la mère ou sur l’élevage en plein air.

L’IBLA a été fondé en 2007 par les deux associations luxembourgeoises d’agriculture biologique bio-LABEL et Demeter Luxemburg. L’institut est soutenu par l’Institut de Recherche en Agriculture Biologique (IRAB) en Suisse. L’IBLA a pour objectif de contribuer à la mise en place au Luxembourg d’un système agricole qui produise des aliments de qualité tout en préservant les ressources naturelles telles que l’eau, le sol et le climat. Avec le soutien du FiBL, des résultats scientifiques étrangers ont d’abord été diffusés, puis, étape par étape, des projets de recherche internes sur des sujets tels que la diversité des variétés, l’augmentation de la fertilité des sols, la santé animale et la rotation des cultures ont été mis en place. L’IBLA est en lien étroit avec le Ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs, le Ministère de l’Environnement et le Fonds national de la recherche.

  • Nom : IBLA Institut fir biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur Luxemburg a.s.b.l.
  • Année de fondation : 2007
  • Organisations fondatrices : bio-LABEL Lëtzeburg, Demeter Lëtzeburg (désormais Bio-Lëtzebuerg)
  • Raison sociale : Association d’utilité publique (a.s.b.l.)
  • Adresse : L-5365 Munsbach, 13, rue Gabriel Lippmann
  • Objectif : Recherche, transfert de connaissances, consultation
  • Principaux thèmes : protection des ressources naturelles (eau, sol, climat), biodiversité, évaluation de la durabilité, préservation et amélioration de la fertilité des sols, essais de variétés, élevage adapté aux espèces, légumineuses et optimisation de la rotation des cultures, viticulture, entre autres
  • Site Web : http://ibla.lu

Quelle est la mission de l’IBLA ?

Le but et l’objectif de l’IBLA sont la recherche, le conseil, la formation et la communication sur l’agriculture biologique et la culture agraire. Dans le domaine de la recherche, des méthodes de l’agriculture biologique et biodynamique et l’utilité sociale de l’agriculture sont étudiées. Les résultats de la recherche sont directement intégrés dans l’offre de conseil et de formation continue de l’institut. Par exemple, l’IBLA aide les agriculteurs à effectuer leur transition vers l’agriculture biologique ou biodynamique. Dans des modules complémentaires, les exploitations conventionnelles, les exploitations en cours de reconversion et les exploitations biologiques peuvent bénéficier d’offres de conseil et de formation continue.

En quoi consiste le travail de l’IBLA ?

De la recherche à la pratique : soja, comportement des consommateurs et viticulture

Les projets de recherche de l’IBLA sont directement liés aux questions agricoles au Luxembourg. Les résultats sont donc d’une grande utilité et peuvent être directement mis en œuvre dans la pratique. Par exemple, les chercheurs de l’IBLA étudient comment l’absence d’engrais minéraux et de pesticides chimiques synthétiques améliore la qualité de l’eau potable ou testent les caractéristiques agronomiques de variétés de pommes de terre et leur potentiel commercial.  Lors de la recherche et du développement de méthodes pratiques d’agriculture biologique et biodynamique, les experts de l’IBLA ont toujours à l’esprit les aspects nutritionnels, physiologiques, écologiques et socio-économiques. Le projet SustEATable n’analyse pas seulement le niveau de durabilité des entreprises agricoles luxembourgeoises. Les méthodes de culture agraire sont également mises en relation avec le modèle nutritionnel du consommateur dans des scénarios : L’objectif consiste à déterminer la manière dont le comportement des consommateurs et les pratiques agricoles doivent changer pour assurer la durabilité du système alimentaire.

La nutrition et l’agriculture sont également des priorités majeures du projet LeguTec. Par exemple, fait l’objet d’étude le moyen de réguler mécaniquement les mauvaises herbes dans la culture du soja de manière à rendre la culture des protéagineux également intéressante au Luxembourg. En raison de sa très haute teneur en protéines, le soja est principalement utilisé dans l’alimentation animale. Cependant, 60 % de la demande intérieure est satisfaite par des importations en provenance d’Amérique du Nord et d’Amérique du Sud, où la production ne répond souvent pas aux exigences d’une agriculture durable. À travers ses travaux de recherche, le projet LeguTec soutient la culture du soja domestique et donc une production de protéines durable et économe en ressources au Luxembourg.

L’IBLA soutient également les viticulteurs qui souhaitent convertir leur entreprise à l’agriculture biologique. Les plus grands vignobles du Luxembourg s’étendent le long de sa frontière de 36 km avec l’Allemagne, du côté luxembourgeois de la Moselle. Un bon millier d’hectares de vignes y sont cultivés. Le projet de recherche CO2MPOSITIV de l’IBLA étudie l’utilisation du marc pour la production de compost de haute qualité, ce qui contribue à une économie circulaire durable dans la viticulture au Luxembourg.

Auteur: scienceRELATIONS
Photos: IBLA

Aussi intéréssant

“Zero Waste” Si Bioplastikstute gutt fir d’Ëmwelt?

Konventionell Plastikstute sollen ofgeschaaft ginn. Oder duerch Tuten aus Bioplastik ersat ginn. Mee Mr Science, ass dat...

FNR
Quizz sur la nutrition de Torsten Bohn Les personnes qui se nourrissent de produits bio vivent-elles plus longtemps ?

Les produits bio contiennent moins de pesticides que les produits conventionnels et sont en partie plus riches en subst...

LIH

Aussi dans cette rubrique

Recherche académique au Luxembourg Collecter des données, présenter clairement les corrélations aux citoyens

Le STATEC collecte et rassemble des données - et effectue des travaux de recherche appliquée en particulier dans les domaines de la productivité, de l’entreprise et du bien-être.

Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History La recherche numérique et le transfert de connaissances au C2DH

Le C2DH est un centre de recherche interdisciplinaire de l'Université du Luxembourg, qui met l'accent sur les méthodes de recherche numériques et le transfert de connaissances innovant.

La recherche universitaire au Luxembourg LIH : La recherche pour et avec le patient

Le LIH étudie des maladies pour guérir et a pour objectif de développer de nouvelles thérapies individuelles ainsi que des approches innovantes dans les domaines de la prévention et du diagnostic.

LIH
LISER
La recherche universitaire au Luxembourg LISER : Comprendre la société pour rendre la politique plus efficace

L’Institut luxembourgeois de recherche socio-économique (LISER) étudie les contextes sociaux complexes. Il fournit des faits qui servent de base décisionnelle pour les responsables politiques.