People Counter

© Uwe Hentschel

Le People Counter (à gauche sur la photo) enregistre toutes les personnes qui entrent ou sortent du bâtiment.

L'appareil est légèrement plus grand qu'un détecteur de fumée, pend au-dessus de la porte et détecte toute personne entrant ou sortant. Il s'agit de la troisième génération du People Counter, développé par la société IEE, qui a été fondée au Luxembourg. L'appareil est sur le marché depuis un certain temps, mais il est maintenant équipé d'un nouveau logiciel en raison de la situation actuelle du Covid-19. Il sera utilisé pour la première fois au Batiself à Ingeldorf.

La technologie de capteur 3D crée une image topographique

Pour se protéger contre les infections du virus, un maximum de 150 personnes peuvent se situer en même temps au magasin. Le People Counter, dont un a été installé au-dessus des trois entrées et sorties, garantit que cette exigence est respectée. Grâce à la technologie des capteurs 3D et à la lumière infrarouge, l'appareil crée une image topographique de la zone qu'il surveille. Dès qu'un visiteur arrive dans cette zone, un modèle 3D est créé à partir de la lumière infrarouge réfléchie et à l'aide d'une puce. La technologie de capteur Time-of-flight (TOF) est utilisée, qui enregistre les séquences de mouvement et qui est également utilisée, par exemple, dans les appareils de mesure de vitesse.

L'appareil fonctionne avec la technologie de capteur 3D

« L'avantage par rapport à d'autres technologies telles qu'une barrière lumineuse est qu'une barrière lumineuse enregistre uniquement l'interruption par le visiteur, mais pas la direction dans laquelle il se déplace », explique Kai Pabélick, responsable du département AI/Machine Vision de l'IEE. De plus, le People Counter fonctionne également beaucoup plus précisément qu'une barrière lumineuse ou un thermoscan. « Nous travaillons ici avec une précision de plus de 99% », explique Pabélick.

Les visages ne sont pas capturés

Les trois appareils au Batiself sont interconnectés, de sorte qu'ils enregistrent tous les flux de visiteurs entrant et sortant du bâtiment. De plus, il y a un grand écran dans la zone d'entrée, vers lequel les données sont transférées et sur lequel vous pouvez alors voir combien de personnes se trouvent actuellement dans le magasin. Le tout est illustré par un feu de circulation pour piétons qui peut également être vu sur l'écran. Dès qu'il s'allume en rouge, la limite de capacité du magasin est atteinte. Le client doit alors attendre que le feu redevienne vert.

À l'aide des données anonymes collectées, les flux clients peuvent également être enregistrés et évalués.

Bien que la technologie fonctionne très précisément, Pabélick souligne cependant une chose : « On ne peut pas voir les visages dans le scan 3D ». Les données sur l'identité des clients ne seront donc pas enregistrées. Dans le même temps, l'appareil n'est pas seulement utile pour le respect des mesures de protection du Covid-19. Le People Counter peut également être utilisé pour améliorer la planification du personnel, car il enregistre exactement à quels jours et à quelles heures de la journée les flux de clients sont les plus élevés. En outre, l'appareil pourrait également aider à l'évacuation de l'entreprise, par exemple.

Auteur : Uwe Hentschel
Photos : Uwe Hentschel

Aussi intéréssant

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg- août 2021

Qui est derrière la crise du logement au Luxembourg ? Découvrez cela dans notre tour d’actualités des résultats de la re...

La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le co...

FNR, LIH
Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg – juillet 2021

Quelles sont les dernières avancées scientifiques des chercheurs au Luxembourg ? L’équipe de science.lu vous propose un ...

Aussi dans cette rubrique

Portrait Danièle Waldmann
Femme ingénieure Vers des bâtiments écologiques

À UL, Danièle Waldmann a contribué à la création du département de la construction en dur et du génie civil. Elle y mène actuellement des recherches sur la durabilité dans le secteur du bâtiment.

Ultra-légères et extrêmement résistantes Mise au point et essais de nouvelles structures pour les composants aéronautiques et aérospatiaux

Plus un produit est lourd dans l’espace, plus son transport est coûteux. C’est précisément sur ce problème que se penche le nouveau laboratoire de recherche commun du LIST et de l’entreprise Gradel.

Simon Bulou
Recherche au LIST : de quoi sera fait l'avenir ? Le plasma – le quatrième état de la matière – et ses applications possibles

Le plasma peut être utilisé pour doter des matériaux de propriétés particulières. Simon Bulou, chercheur au LIST, nous explique ses possibilités.

Emmanuel Defay
Recherche au LIST : Quelles perspectives pour l’avenir ? Le smartphone de demain : non seulement voir et entendre, mais aussi ressentir

Emmanuel Defay et les équipes du département matériaux du LIST se consacrent à la recherche d’applications dites piézoélectriques qui pourraient révolutionner l'utilisation des téléphones portables.