(C) Pixabay

Ege Karaahmet et Prem Jagadeesh avaient connaissance du Concours National Jeunes Scientifiques depuis plusieurs années mais n’avaient encore jamais osé franchir le pas. En cette année 2020, les deux amis férus de physique et mathématique ont tenté leur chance et ont été récompensés par le jury pour leur application d’encodage de textes grâce à la cryptographie.

A travers leur projet, ces élèves du Lycée Michel Lucius de 16 et 17ans ont réussi à créer un algorithme permettant de crypter et décrypter un texte de manière sécurisée par l’intermédiaire d’une clef. Ils s’apprêtent désormais à participer au « Regeneron ISEF – International Science and Engineering Fair » organisé aux États-Unis.

Si l’encryptage peut paraître abstrait voire complexe pour nombre de personnes, les apprentis chercheurs - qui se sont essayés à cette discipline pour la première fois - semblent déjà bien maîtriser ces concepts. « Pour établir notre méthodologie, nous avons effectué nos recherches en ligne et, nous nous sommes basés sur les principes de la cryptographie. Nous avons ensuite expérimenté par nos propres moyens. », expliquent Prem et Ege.

Préparer le texte en données

Avant de pouvoir encrypter un message, les scientifiques en herbe ont tout d’abord procédé à la transformation de chaque lettre en coordonnées cartésiennes. En d’autres termes, Prem et Ege se sont basés sur les valeurs décimales, dites Unicode, de chaque lettre et les ont convertis en valeurs hexadécimales. Une fois ce changement opéré, ils ont séparé le nombre obtenu en deux chiffres, l’un pour l’axe horizontal et l’autre pour l’axe vertical du graphe (x ; y).

Prenons un exemple issu de leur projet :

 Lettre

 Décimal

 (Unicode)

 Hexadécimal  x   y 
 F  70  46  4  6

 

Appliquer des transformations aux données grâce à une clef

« La clef est un algorithme qui va transformer chaque lettre en une donnée cryptée en fonction de ses coordonnées sur le graphe. Elle permet, en quelque sorte, de verrouiller les données. », détaillent Prem et Ege. Pour construire la clef, les deux jeunes lycéens ont associé chaque nombre ou lettre la constituant à une transformation, comme par exemple : à gauche, à droite, rotation dans le sens des aiguilles d’une montre, vertical, horizontal etc. Ces étapes permettent ainsi de changer les valeurs des lettres du texte en d’autres coordonnées plus complexes. Afin d’augmenter la sécurité de la clef, cette dernière a été conçue en deux parties, ou blocs, qui traduisent par alternance les différentes lettres du texte.

 

Légende : aperçu de l’application d’encryptage et décryptage de messages via la génération d’une clef.© Ege Karaahmet & Prem Jagadeesh – Jonk Fuerscher.

« Nous appliquons ces transformations plusieurs milliers de fois sur le même texte afin de l’encrypter. Le texte devient alors illisible pour quiconque n’a pas la clef, et même pour un hacker. Les combinaisons sont en effet trop nombreuses. », illustrent Prem et Ege. Seuls les détenteurs de cette clef de cryptage ou décryptage peuvent ainsi lire le message codé.

Outre l’encodage de messages, Prem et Ege sont plus largement passionnés par les sciences et espèrent pouvoir mener de nouveaux projets alliant la chimie aux mathématiques et à la physique !


Auteur : Constance Lausecker
Photo : © Pixabay

Aussi intéréssant

Fluctuations à l’épreuve ! L’art de dévoiler le pertinent dans le chaos du bruit statistique

Dans leur quête du savoir, les chercheurs testent leurs hypothèses afin de tirer des conclusions. Découvrez comment la S...

ASTIGMATH Des quiz en mathématiques en ligne pour tous!

Envie de découvrir les mathématiques comme vous ne les avez jamais vues ? Alors participez aux quiz de math interactif e...

SCIENCE MEETS ART BD scientifique : les maths, la magie et Maryam

Le projet « LUX:plorations » combine art et recherche : des artistes et scientifiques locaux ont créé huit bandes dessin...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Gagnant du Concours National Jonk Fuerscher Journalisme scientifique pour adolescents

Théophile De Moncuit a créé un média scientifique appelé Kidado Sciences. Du haut de ses 12 ans, il aborde des sujets qui vont de l'astrophysique à la biologie marine. Le jury a été abasourdi.

Concours Jonk Fuerscher Une plante dans le viseur : construction durable avec le miscanthus

Trois élèves du lycée classique de Diekirch ont étudié les propriétés particulières du roseau de Chine géant et ont convaincu le jury du concours Jonk Fuerscher.

Marie Barberon
Jeunes scientifiques Les mathématiques pourraient-elles aider les médecins à diagnostiquer des maladies génétiques ?

Une méthode mathématique d’analyse des séquences d’ADN défectueuses responsables de certaines maladies génétiques pourrait permettre d'améliorer le diagnostic et le pronostic de certains patients.