child with mask

LIH

Un minimum de 100 enfants et adolescents positifs à la COVID-19 et âgés de 0 à 17 ans seront inclus dans la cohorte Predi-COVID entre février et juin 2021.

Lancée en avril 2020, l'étude nationale de cohorte «Predi-COVID»*, des chercheurs du Luxembourg Institute of Health (LIH) analysent comment les maladies Covid-19 asymptomatiques, symptomatiques et sévères diffèrent, et s'il existe de facteurs de risque ou biomarqueurs qui peuvent prédire quels profils de patients peuvent être associés à un pronostic plus sévère. La recherche autour de la COVID-19 dans le cadre de cette étude s'est jusqu'à présent principalement concentrée sur l'évolution et le traitement de la maladie chez les adultes, en raison de l'incidence, de la gravité et de la mortalité plus élevées dans cette population. En mars 2021, l'étude a été officiellement étendue aux enfants. 

(* “Luxembourg cohort of positive patients for COVID-19: a stratification study to predict severe prognosis”)

Pourquoi l'étude a été étendue aux enfants

« Les caractéristiques cliniques et les symptômes de la COVID-19 chez les enfants peuvent différer considérablement de ceux observés chez les adultes. Le but de l'extension pédiatrique de Predi-COVID est donc d'identifier les principaux facteurs de risque, qu'ils soient liés à l'immunité ou à des causes environnementales, associés aux formes plus graves de la maladie chez les patients les plus jeunes, et de définir les caractéristiques cliniques, biologiques et microbiologiques de la COVID-19 dans cette partie de la population », explique le Dr Guy Fagherazzi, Directeur du « Department of Population Health » (DoPH) du LIH et investigateur principal de Predi-COVID.

Bien que les enfants développent généralement des formes asymptomatiques ou plus bénignes de la COVID-19, des preuves récentes suggèrent que le virus SARS-CoV-2 peut être impliqué dans l'apparition de manifestations plus graves, menant par exemple à l’inflammation et à la défaillance de plusieurs organes (syndrome inflammatoire multisystémique de l'enfant), voir même à des complications cardiaques, telles que la myocardite et des dilatations des vaisseaux coronariens comme dans la maladie de Kawasaki.

Comment fonctionne la participation à l'étude?

Un minimum de 100 enfants et adolescents positifs à la COVID-19 et âgés de 0 à 17 ans seront inclus dans la cohorte Predi-COVID entre février et juin 2021. De plus, un minimum de 30 enfants et adolescents asymptomatiques issus des ménages de participants adultes positifs à la COVID-19 seront recrutés dans le cadre de l'étude auxiliaire Predi-COVID-H.

L'étude, coordonnée par le Luxembourg Institute of Health (LIH) et menée sous l'égide de la Task Force COVID-19 de « Research Luxembourg », s’appuie notamment sur la collaboration avec le Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL) pour le recrutement de jeunes enfants. Le CHL − et plus particulièrement sa clinique pédiatrique « Kannerklinik » − sera responsable de l'inclusion des cas graves d'enfants hospitalisés de moins de 15 ans, tandis que le recrutement des enfants plus âgés et non hospitalisés, par contre, relèvera de la compétence du Centre d'Investigation et d'Epidémiologie Clinique (CIEC) du LIH. Les enfants à inclure dans l'étude seront identifiés directement par la Division de l'Inspection Sanitaire du ministère de la Santé, qui contactera leurs tuteurs légaux pour obtenir leur consentement.

Qu'est-ce qui est analysé dans le cadre de l'étude?

Comme pour les adultes, l'évolution de la santé et les symptômes des enfants participant à Predi-COVID seront régulièrement suivis grâce à différents outils numériques à distance, selon qu'ils sont à domicile ou à l'hôpital. De courtes évaluations seront également effectuées tous les mois pendant 12 mois pour évaluer les conséquences potentielles à long terme de la COVID-19. De plus, pour chaque enfant testé positif et si les parents y consentent, des écouvillons nasaux, oro et naso-pharyngés, ainsi que des échantillons de sang, de salive et de selles seront prélevés par une infirmière expérimentée lors de l'inclusion et après trois semaines.

Pour les enfants asymptomatiques de Predi-COVID-H, des données cliniques et socio-économiques, ainsi que des échantillons de sang, de selles, des écouvillons nasopharyngés et oropharyngés, seront également prélevés. L'analyse d'échantillons de selles provenant à la fois d'enfants positifs à la COVID-19 et d'enfants en contact avec un membre positif du ménage permettra de mieux comprendre comment le virus est excrété dans les selles et comment le microbiome intestinal influence l'infection à la COVID-19 chez les plus jeunes.

Quels sont les résultats jusqu'à présent de l'étude PREDI-COVID chez les adultes ?

Dans une première phase, les chercheurs ont examiné 270 adultes du Luxembourg - parmi eux des personnes infectées mais aussi leurs personnes de contact au sein du ménage. Les premiers résultats intermédiaires chez les adultes sont disponibles : « Nous voyons une différence très claire dans les profils d’anticorps et chez les cellules T », déclarait Markus Ollert, le directeur de l’étude, vis-à-vis science.lu en janvier 2021. « Les personnes légèrement symptomatiques ont plus d’anticorps que les asymptomatiques. Nous ne nous y attendions pas. » Les personnes complètement asymptomatiques ne sont donc pas asymptomatiques parce qu’elles auraient fabriqué un nombre particulièrement élevé d’anticorps. « Les personnes complètement asymptomatiques avaient une réponse de cellules T plus élevée. », selon Markus Ollert. Elles ont fabriqué particulièrement beaucoup de cellules T auxiliaires qui ont une fonction appelée « effectrice ». C’est-à-dire qu’elles sont capables de détruire des cellules infectées et de les tuer.

Le but de l’étude Predi-Covid est de trouver des facteurs à l’aide desquels on pourrait prévoir le déroulement de la maladie. Markus Ollert laisse entendre que suite à ses premiers résultats « On peut déjà dire, à l’heure actuelle, qu’il existe certains marqueurs biologiques dans le sang qui permettent de prédire un déroulement moins grave de la maladie ». Les chercheurs en sauront plus au plus tard fin 2021. L’étude complète sera alors terminée.

Phase finale de l'étude

« Jusqu'à présent, seuls certains des effets à long terme de la COVID-19 sur la santé ont été évalués par Predi-COVID. L'ajout d'un questionnaire étendu dans le cadre de cette phase de suivi finale nous permettra de collecter des informations complémentaires ciblées sur un large spectre de signes ou symptômes chroniques potentiellement liés à la COVID-19, ce qui augmentera donc la valeur de l'étude ainsi que des projets de recherche associés », explique le Dr Fagherazzi.

« Sur la base des résultats encourageants obtenus jusqu'à présent avec la cohorte d'adultes, nous pensons que l'extension pédiatrique de Predi-COVID fournira des informations supplémentaires sur la physiopathologie et la dynamique de la COVID-19 dans la population plus jeune. Cela soutiendra à son tour le développement de mesures de santé publique pertinentes afin d’optimiser la protection des enfants les plus vulnérables », déclare le Dr Carine de Beaufort, pédiatre au sein du service d’Endocrinologie-Diabétologie Pédiatrique du CHL.

« Nous sommes très reconnaissants à la Division de l'Inspection Sanitaire du ministère de la Santé et à tous les autres partenaires impliqués pour l'excellente collaboration tout au long de l’étude. Nous pensons que cette approche hautement coopérative continuera de contribuer au bon déroulement du projet et de cette phase supplémentaire en particulier », conclut le Pr Markus Ollert, Directeur du « Department of Infection and Immunity » du LIH et co-investigateur principal de Predi-COVID.

Auteur:  LIH
Éditeur: Michèle Weber (FNR)

Aussi intéréssant

Réduction de la transmission Les vaccins contre la Covid-19 réduisent la transmissibilité du SARS-CoV-2 – mais dans quelle mesure ?

En moyenne, les personnes vaccinées sont moins contagieuses que celles qui ne se font pas vacciner. Mais de combien les ...

FNR
Vérification des faits : le « variant indien » Covid-19 : que savons-nous du variant Delta ?

Le nombre d’infections en Europe est de nouveau en hausse. Ce phénomène est-il attribuable au variant Delta ? Quelle est...

FNR
Projet COVID-Kids La satisfaction de vie et le bien-être des enfants à l’épreuve de la pandémie

Les enfants et adolescents sont durement touchés par les changements liés à la pandémie du coronavirus. Le projet COVID-...

Aussi dans cette rubrique

D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH
Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.

Électrochimie La nanochimie sur une puce pour le traitement du cancer de prochaine génération

Les progrès réalisés en matière de fabrication et de criblage de molécules thérapeutiques pourraient nous rapprocher du rêve d’offrir à chaque patient atteint d’un cancer un traitement personnalisé.