Le chimiste Laurent Poorters est aussi au rendez-vous du Science Festival.

© Uwe Hentschel

Le chimiste Laurent Poorters est aussi au rendez-vous du Science Festival.

L’Innovation Center de Goodyear est aussi au rendez-vous du Science Festival. L’occasion pour le chimiste Laurent Poorters de nous expliquer ce que les pneus ont à voir avec la science.

Laurent Poorters, vous travaillez comme développeur au sein de l’Innovation Center de Goodyear, une division qui compte 1 000 collaborateurs. Qu’est-ce que les pneus ont de si spécial pour qu’autant de personnes travaillent dessus ?

Un pneu normal comprend en général entre 20 et 25 composants différents, dont notamment du caoutchouc, de l’acier et des fibres textiles. Les pneus sont soumis à des contraintes extrêmes, doivent supporter beaucoup de poids et avoir également une bonne adhérence en présence d’humidité. Mais dans le même temps, la résistance au roulement doit aussi être la plus faible possible, car elle joue sur la consommation de carburant du véhicule. Un autre aspect est la réduction du bruit. Sur les véhicules électriques par exemple, les pneus sont la principale source de bruit.

Diminuer le niveau sonore ou la résistance au roulement d’un pneu est relativement simple. Toute la difficulté consiste en fait à garder l’œil sur les autres propriétés. Il s’agit donc avant tout d’optimiser les composants et leur combinaison pour que le pneu satisfasse à toutes les exigences de manière égale.

Donc ce qui compte, c’est la recette – comme pour un gâteau...

C’est cela, à ceci près que le pneu demande beaucoup plus d’ingrédients. Mais lui aussi est cuit au four, comme le gâteau. La cuisson d’un pneu de voiture particulière dure environ 8 à 10 minutes, celle d’un gros pneu de camion approximativement 45 minutes. Nous avons prévu d’en montrer le fonctionnement exact au Science Festival. Nous avons apporté un petit four et nous allons « cuire » des pneus avec les visiteurs. Nous avons également prévu de montrer comment est construit un pneu et présenter quelques-uns de nos pneus concepts aussi.

Goodyear était déjà présent au Science Festival il y a de cela quelques années. Qu’est-ce qui vous a poussé à revenir après cette longue pause ?

Avant, on cherchait plutôt d’abord à montrer tout ce qu’on proposait et faisait en tant qu’entreprise. Maintenant, il s’agit davantage de montrer aux gens ce qui les intéresse vraiment. La plupart ignorent complètement la quantité de recherche qui se cache dans un pneu. En plus de cela, évidemment, le Science Festival est une tribune idéale afin de passionner les jeunes pour la science.

Nous tenons notre stand au Festival en compagnie du Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST), avec lequel nous entretenons un partenariat de recherche depuis un an. Nous chez Goodyear, nous sommes là pour expliquer comment est construit un pneu. Et nos collègues du LIST pour examiner ensuite un peu plus profondément la matière, par exemple au microscope. En fin de compte, un pneu est bien plus qu’un objet rond et noir avec un trou au milieu.

Auteur: Uwe Hentschel

Aussi intéréssant

letzSCIENCE Découvrez la recherche au Luxembourg en réalité augmentée (AR)

« What the hell is that ? » - La nouvelle application « letzSCIENCE AR » du Fonds National de la Recherche invite à déco...

FNR
How Innovative Are You? The 3rd Edition of the Goodyear STEM Student Challenge goes virtual

You and your classmates should create a clever machine intentionally designed to virtually spread a meaningful message o...

letzSCIENCE La beauté de la science rencontre la réalité augmentée

Les images scientifiques deviennent une expérience de réalité augmentée : découvrez la nouvelle campagne de communicatio...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Ultra-légères et extrêmement résistantes Mise au point et essais de nouvelles structures pour les composants aéronautiques et aérospatiaux

Plus un produit est lourd dans l’espace, plus son transport est coûteux. C’est précisément sur ce problème que se penche le nouveau laboratoire de recherche commun du LIST et de l’entreprise Gradel.

People Counter
IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le People Counter de l'IEE a la réponse.

IEE
Simon Bulou
Recherche au LIST : de quoi sera fait l'avenir ? Le plasma – le quatrième état de la matière – et ses applications possibles

Le plasma peut être utilisé pour doter des matériaux de propriétés particulières. Simon Bulou, chercheur au LIST, nous explique ses possibilités.

Emmanuel Defay
Recherche au LIST : Quelles perspectives pour l’avenir ? Le smartphone de demain : non seulement voir et entendre, mais aussi ressentir

Emmanuel Defay et les équipes du département matériaux du LIST se consacrent à la recherche d’applications dites piézoélectriques qui pourraient révolutionner l'utilisation des téléphones portables.