L’équipe a effectivement réussi à introduire des matériaux plus exploitables dans la « cellule solaire », plus exactement dans la couche qui absorbe l’énergie solaire et la transforme en énergie électrique.

Etant donné le prix élevé de production et de la rareté de certaines matières premières, les panneaux solaires ne sont pas encore à la portée de tout le monde. Depuis  6 ans, les projets de recherche de Phillip Dale se dirigent tous vers le même objectif : rendre l’énergie solaire abordable pour tout le monde en baissant les coûts de production.

Mais comme souvent, c’est plus facile à dire qu’à faire ! C’est pourquoi son équipe de recherche à l’Université du Luxembourg ne se concentre pas sur une seule stratégie, mais cerne le problème de plusieurs côtés, grâce à des financements luxembourgeois, américains et européens.

Les panneaux solaires les plus efficaces et les plus utilisés à l’heure actuelle utilisent malheureusement des matériaux difficiles à exploiter.

D’où l’importance d’éviter ces processus d’exploitation qui demandent beaucoup d’énergie.

Une partie de son projet se concentre donc sur la possibilité d’utiliser d’autres matériaux, plus abondants et plus accessibles, afin de baisser le coût de production des panneaux solaires.  En même temps, pour éviter des problèmes de disponibilité, le projet vise à réduire les quantités de ces matériaux dans les panneaux solaires.

Et c’est bien parti ! L’équipe a effectivement réussi à introduire des matériaux plus exploitables dans la « cellule solaire », plus exactement dans la couche qui absorbe l’énergie solaire et la transforme en énergie électrique. Et ils ont également réduit avec succès l’épaisseur de la couche absorbante d’un facteur 100, ce qui signifie des économies importantes en matériaux, en énergie et en argent ! La communauté scientifique est convaincue, les chercheurs du monde entier utilisent cette technologie.

C’est différent pour l’industrie : malgré la baisse du prix de production, ces panneaux solaires ne sont pas encore suffisamment efficaces pour être industrialisés, même si on n’est pas loin. Mais ça, c’est une autre histoire !

En parallèle, l’équipe de Phillip Dale a expérimenté sur différentes méthodologies.

Objectif : développer des procédés faciles, plus rapides, peu couteux et peu consommateur d’énergie pour déposer différents métaux sur les cellules solaires.

Car, après tout, « Time is money », comme Phillip m’explique au téléphone. Et là encore, c’est gagné ! L’approche de son équipe - qui consiste à éviter de chauffer les échantillons dans un four, mais de les chauffer en une fraction de temps par un laser - est très prometteuse !

Selon Phillip, le laboratoire de photovoltaïque de l’Université du Luxembourg est une des rares structures qui dispose de tous les instruments scientifiques dont il a besoin pour effectuer ses recherches.

Et vu l’avancée rapide de ses projets, on n’a pas besoin de s’inquiéter quand le jeune chercheur anglais, qui vit depuis 6 ans avec sa famille au Luxembourg,  avoue en riant que son but était de « résoudre nos problèmes énergétiques et partir en retraite anticipée » !

Auteur: Corinne Kroemmer

Infobox

programme ATTRACT

Phillip Dale a été le premier candidat d’un programme qui vise à attirer des jeunes chercheurs renommés au Luxembourg. Le programme « ATTRACT » leur donne la possibilité de monter leur propre équipe de recherche au sein d’un institut de recherche luxembourgeois.

Selon Phillip Dale, ce programme lui a permis d’organiser son propre laboratoire et de gagner de l’indépendance. Il a pu profiter des conseils de Prof. Susanne Siebentritt, qui l’a accueilli dans son laboratoire et lui a mis à disposition l’équipement nécessaire pour son projet de recherche. Ainsi, il a pu se concentrer entièrement sur la qualité de son projet de recherche et du travail de son équipe.

Aussi intéréssant

Construction durable Construire selon le principe des Lego

Un bâtiment en acier et en béton peut-il être durable ? Les travaux de recherche menés par Christoph Odenbreit, Profess...

Concours Jonk Fuerscher Une fenêtre qui fournit de la lumière même la nuit

Lucan Nooi, élève au lycée Josy Barthel de Mamer, a mis au point une fenêtre très spéciale à l’occasion du concours Jonk...

Concours Jonk Fuerscher Une plante dans le viseur : construction durable avec le miscanthus

Trois élèves du lycée classique de Diekirch ont étudié les propriétés particulières du roseau de Chine géant et ont conv...

Aussi dans cette rubrique

Portrait Danièle Waldmann
Femme ingénieure Vers des bâtiments écologiques

À UL, Danièle Waldmann a contribué à la création du département de la construction en dur et du génie civil. Elle y mène actuellement des recherches sur la durabilité dans le secteur du bâtiment.

Ultra-légères et extrêmement résistantes Mise au point et essais de nouvelles structures pour les composants aéronautiques et aérospatiaux

Plus un produit est lourd dans l’espace, plus son transport est coûteux. C’est précisément sur ce problème que se penche le nouveau laboratoire de recherche commun du LIST et de l’entreprise Gradel.

People Counter
IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le People Counter de l'IEE a la réponse.

IEE
Simon Bulou
Recherche au LIST : de quoi sera fait l'avenir ? Le plasma – le quatrième état de la matière – et ses applications possibles

Le plasma peut être utilisé pour doter des matériaux de propriétés particulières. Simon Bulou, chercheur au LIST, nous explique ses possibilités.