© Sébastien Faye

Ce qui ressemble à un paysage de jouets est en réalité la présentation d'un système intelligent de gestion des déchets

Lorsque Thomas Schoos parle de cette invention, il s’enthousiasme. Thomas Schoos est responsable de la communication externe au Luxembourg Institute of Science and Technology(LIST) et participe à ce titre à la planification du TechDay. Lors de cet événement organisé pour la deuxième fois par le LIST le 20 juin prochain, les chercheurs présenteront leurs technologies innovantes. Et l’un de ces chercheurs dont l’invention captive Thomas Schoos s’appelle Emmanuel Defay.

Des films piézoélectriques posés sur l’écran pour émettre des vibrations localisées destinées à procurer des sensations tactiles

Le chercheur en matériaux du LIST travaille avec ce qu’on appelle des actionneurs piézoélectriques. Ces actionneurs génèrent des vibrations ultrasoniques et modifient le frottement lorsque votre doigt passe dessus. Ainsi, des vibrations localisées sont générées à l’aide de films piézoélectriques transparents posés sur du verre, par exemple sur l’écran d’une tablette. « Un poisson affiché à l’écran a alors non seulement l’air réel visuellement, mais aussi tactilement lorsque vous touchez l’écran avec votre doigt », explique Thomas Schoss. Il est impatient que son smartphone soit équipé d’une telle technologie.

Il est probable que Thomas Schoos n’ait plus très longtemps à attendre. En effet, le TechDay sert à présenter non seulement les toutes dernières technologies et les prototypes les plus récents, mais aussi des applications concrètement possibles. C’est par exemple le cas du projet SWAM, qui a vu le jour au LIST en coopération avec la société luxembourgeoise Polygone, spécialiste de la gestion des déchets. 

Un système intelligent de gestion des déchets qui fonctionne avec des capteurs de remplissage intégrés aux poubelles

« L’objectif de SWAM est de créer un système intelligent de gestion des déchets », explique Sébastien Faye du service IT for Innovative Services (ITIS) du LIST. Le système repose sur des données obtenues en passant par l’internet des objets, notamment à l’aide de capteurs de remplissage intégrés aux poubelles. L’un des objectifs de la présentation est de sensibiliser le public à l’optimisation des processus et à son impact sur des activités clés telles que la gestion des déchets, explique Sébastien Faye.

« En tant que chercheurs, nous nous efforçons de constamment améliorer les modèles et les algorithmes sur lesquels nous travaillons », déclare l’expert en informatique. La participation au TechDay pourrait permettre de démontrer les possibilités d’application du projet de recherche tout en obtenant un retour d’information. Cela donnerait la possibilité de transférer éventuellement la technologie à d’autres domaines.

Créer un climat de confiance entre les acteurs de la recherche, de l'économie et du secteur public 

« Les gens viennent, découvrent le projet, mais pourraient peut-être utiliser cette technologie pour une application complètement différente », explique Thomas Schoos. Nous voulons utiliser des exemples pour montrer que nous ne faisons pas seulement de la recherche au LIST, mais qu’il existe également des domaines d’application très concrets pour nos travaux de recherche », explique le responsable de la communication. D’après Thomas Schoos, il s’agit de créer un climat de confiance entre les acteurs de la recherche, du secteur public et du secteur privé. « Et nous proposons pour cela une gamme complète de technologies clés à l’occasion du TechDay. »

En fait partie le test 3D in vitro également mis au point au LIST afin de prévoir l’action de nouveaux produits destinés à intervenir dans le cadre de maladies respiratoires. Le fait que ces tests soient réalisés in vitro signifie qu’ils peuvent se dérouler dans un environnement artificiel, et donc en dehors d’organismes vivants. 

L’essai 3D in vitro pour évaluer la toxicité sans recourir aux tests sur les animaux

C’est précisément l’approche que le toxicologue Arno Gutleb et son équipe de recherche du LIST ont adoptée. « Nous avons conçu un modèle d’évaluation de la toxicité qui permet d’éviter les tests sur les animaux », explique Arno Gutleb. Les domaines d’application de cette nouvelle technologie sont divers et variés et ne se limitent nullement aux applications chimiques et pharmaceutiques. Le chercheur espère que sa participation TechDay lui permettra d’échanger avec des clients potentiels désireux de mettre ce processus en place très tôt lors du développement de leurs produits.

Carlos López-Martinez du service Environmental research and innovation(ERIN) du LIST mise également sur des échanges fructueux avec les partenaires économiques, qui pourraient permettre de pousser les résultats de la recherche plus loin. Son équipe est identiquement représentée par deux projets au TechDay 2019. L’un des deux s’appelle HASARD.

HASARD, un système de surveillance par satellite qui établit des cartes précises des inondations

HASARD est un système international de surveillance par satellite reposant sur un logiciel de cartographie des inondations qui permet d’observer des événements tels que les inondations. « Le système utilise des images satellites pour créer des cartes d’inondations très précises de façon systématique et quasiment en temps réel », explique Carlos López-Martinez. Cela pourrait aider les décideurs à réduire les risques d’inondation au minimum tout en leur donnant accès à toutes les données utiles.

Lors du TechDay, le système sera présenté à travers l’exemple des inondations prolongées de la mousson dans l’Asie du Sud-Est. Le meilleur scénario envisagé ? Que le système ne poursuive pas son chemin en solitaire. « Il serait bien sûr idéal de trouver au TechDay des partenaires qui souhaitent perfectionner ces technologies et leur attribuer une licence. »

Conférences sur les nouvelles tendances et les défis de la recherche

Tous ces projets et bien d’autres seront présentés au « Tech Village » de l'événement. Le « Tech Summit » est l’autre temps fort de cette manifestation, durant lequel des conférenciers réputés, des spécialistes de renom issus de la recherche et des représentants de l’économie et des institutions publiques se pencheront sur les nouvelles tendances et sur les grands défis de la recherche. Peter Hinssen, fondateur de plusieurs sociétés et auteur du livre The day after tomorrow, prononcera le discours-programme. 

Auteur : Uwe Hentschel

Cliquez ici pour accéder au programme détaillé du TechDay 2019.
Malheureusement, l'événement est complet et les inscriptions clôturées. Si tu aimerais participer à la prochaine édition du TechDay, tu peux déjà noter la date du prochain TechDay qui prendra lieu le 18 juin 2020.
science.lu couvrira également certaines des innovations présentées.

VÉRIFICATION DES FAITS : LA CHLOROQUINE ET LE COVID-19 La chloroquine, un médicament pour traiter le paludisme, est-elle efficace contre le nouveau coronavirus ?

L'antipaludéen est-il réellement la panacée pour vaincre le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 comme le laisse entendre Dona...

FNR
Solution à un problème pharmaceutique Quand les médicaments perdent leur effet : une nouvelle méthode réduit les risques

Même des changements mineurs dans la production peuvent affecter l'efficacité des comprimés. Une nouvelle méthode permet...

Tumeurs cérébrales Comment trouver des nouveaux traitements anticancéreux étape par étape

L’objectif du projet Targeting Glioma Cell Invasion est de mieux comprendre les mécanismes moléculaires de l'invasion t...

Aussi dans cette rubrique

Sonification des données Esch2022: THE SOUND OF DATA – Science meets Music

Le Projet de Esch2022 s’apprête à transformer les données scientifiques en musique dans une approche innovante et expérimentale. Ce processus est connu sous le terme de « data sonification ».

Présentation de thèse en trois minutes Jeunes talents en communication dans la recherche luxembourgeoise

Cinq doctorants ont raflé des prix au concours 3MT (Three Minute Thesis). Certains proviennent en l’occurrence de la recherche en sciences cognitives et de l’ingénierie.

SCIENCE MEETS ART BD scientifique : résistance aux antibiotiques

Le projet LUX:plorations de l'Université du Luxembourg passe au second tour ! Des artistes et scientifiques locaux ont créé huit bandes dessinées liées à la science et à la recherche au Luxembourg.