(C) ScienceRelations

L’équipe du Antonio del Sol, directeur du groupe de recherche Computational Biology, mise ici sur la bioinformatique : à l’aide de techniques de calcul inédites, les chercheurs ont modélisé le génome de cellules cancéreuses à partir de mutations connues du génome. Ces modèles sont précieux pour déterminer la structure du matériel génétique dans les tumeurs.

« Si nous connaissons cette structure, nous pouvons étudier la façon dont le cancer apparaît et se propage », déclare del Sol : « Cette analyse nous donne des indications sur les approches possibles pour le développement de nouveaux médicaments anticancéreux et un traitement individuel amélioré pour les personnes atteintes d’un cancer. » Les chercheurs du LCSB ont publié leurs résultats dans la revue spécialisée « Nucleic Acids Research »

Les séquençages génétiques ont rendu l’identification des mutations plus précise

« Un cancer se déclare suite à des mutations du matériel génétique », explique Sarah Killcoyne, qui soutient une thèse sur laquelle le projet de recherche se focalise à l’Université du Luxembourg. Killcoyne décrit en ces termes l’accident cellulaire majeur : « Des mutations surviennent, les chromosomes peuvent se rompre et se recomposer dans le mauvais ordre ou des fragments de l’ADN peuvent se perdre. Dans le pire des cas, le génome est complètement bouleversé ». Les cellules concernées ne peuvent plus remplir leur tâche dans le corps et – pire encore – se multiplient de façon illimitée. Et le cancer apparaît.

Pour développer de nouveaux médicaments anticancéreux et des traitements individuels, il est important de connaître la structure du matériel génétique des cellules cancéreuses. C’est pourquoi, par le passé, des chercheurs et oncologues ont isolé des chromosomes issus de tumeurs pour les analyser au microscope. Ils ont alors constaté que les particularités de la structure chromosomique étaient souvent révélatrices du type de cancer et du traitement correspondant. « Les séquençages génétiques ont rendu l’identification des mutations plus précise et ont considérablement amélioré notre connaissance du cancer », affirme Sarah Killcoyne : « Mais il est bien plus difficile d’utiliser cette technologie aussi pour l’analyse des modifications chaotiques du génome des cellules cancéreuses. »

Les modifications structurelles survenues dans le génome des cellules cancéreuses sont étudiées

Le raison : les machines de séquençage fournissent toujours les données de séquences ADN très courtes. Pour reconstruire le génome, les chercheurs ont donc besoin d’une séquence de référence – une espèce de modèle sur lequel ils reconstituent le puzzle du génome séquencé. Killcoyne : « La séquence de référence nous indique où les fragments se superposent et dans quel ordre ils se succèdent. »

Comme la séquence génétique est complètement désordonnée dans les cellules cancéreuses, il en ressort logiquement plusieurs séquences de référence. « Nous avons maintenant développé plusieurs modèles », déclare Sarah Killcoyne : « Des procédés statistiques et notre approche bioinformatique nouvelle nous ont permis de constituer plusieurs références de génomes chaotiques et d’y examiner les modifications structurelles survenues dans le génome des cellules cancéreuses. »

Une base pour de nouvelles approches thérapeutiques

Pour le directeur du groupe del Sol, les modèles sont doublement importants, comme il l’explique : « D’une part, le travail de Sarah Killcoyne est important pour la recherche sur le cancer. Les modèles permettent en effet d’étudier la cause des mutations génétiques et moléculaires dans le cancer et de développer de nouvelles approches thérapeutiques.

D’autre part, le développement de modèles bioinformatiques nous intéresse aussi pour les transposer à d’autres maladies aux origines génétiques complexes, comme les maladies neuro-dégénératives telles que le Parkinson. Ici aussi, nous voulons mieux cerner les relations entre les modifications génétiques et les processus métaboliques qui en résultent. Enfin, les nouvelles approches de diagnostic et de traitement des maladies neuro-dégénératives sont un objectif central du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine. »

Auteur: Uni Luxembourg
Photo: ScienceRelations

Infobox

Genom

 

Als Genom bezeichnet man das gesamte Erbgut eines Lebewesens, also alle vererbbare Informationen, die in der DNA bzw. in Chromosomen enthalten sind.

 

Mutation

 

Eine Mutation ist eine Veränderung in der DNA, also im Erbmaterial. Manche Mutationen können zu Veränderungen in Körperfunktionen führen, und somit zu Krankheiten. 

 

Publikation

 

Die Publikation mit den Resultaten kann hier eingesehen werden. 

 

Aussi intéréssant

Smart Schoul 2025 Former les citoyens du numérique de demain 

Comment inspirer les étudiants pour l’informatique ? Une réponse pourrait être le projet Smart Schoul 2025 de l’Universi...

Virtual Metabolic Human Database Une base de données regroupant les connaissances sur le métabolisme humain

Un consortium international mené par le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) a développé une base de données...

Protection des données en biomédicine Les bonnes choses prennent du temps – et c’est justement ce que les patients n’ont pas !

La protection des données est un thème important, pas seulement sur Internet, mais aussi dans la recherche biomédicale. ...

Aussi dans cette rubrique

Journée mondiale Alzheimer 2021 Quatre vidéos explicatives sur la démence

Qu’est-ce qu’une démence ? Que faire après ce diagnostic ? Comment en mieux rester en relation avec une personne atteinte de démence ? Pourquoi les proches de cette personne jouent-ils un rôle-clé ?

Dépistage néonatal Recherche systématique de maladies chez les bébés

Grâce au dépistage néonatal, des maladies rares mais graves sont détectées de manière précoce au LNS. Cela permet d'éviter ou au moins de limiter les conséquences négatives.

LNS
D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH