(C) shotshop

Nous connaissons des bulles dans les secteurs immobiliers et boursiers. Mais le marché d'art ?

Kräussl : Dans le marché d'art circulent de grandes sommes. Chez Christie's à New York, 142 millions de dollars ont été atteints en une soirée pour le Tryptik de Francis Bacon « Three Studies of Lucian Freud » et 58 millions de dollars pour l’oeuvre de Jeff Koons « le Balloon Dog (orange) ».

Cependant ce sont des records....

Kräussl : Oui, mais il n’y a aucune exception. Le manager d'Hedgefonds Steven Cohen a acheté „Le Rêve"  de Pablo Picassos  pour environ 155 millions de dollars US et la dynastie du Qatar "Die Kartenspieler“  de Paul Cezannes pour 250 millions de dollars US.

Comment définiriez-vous la bulle du marché de l'art  de manière courte et compréhensible?

Lehnert : En général, nous parlons de bulles spéculatives, quand les prix des actifs dans de fortes ventes vont bien au-dessus de leur valeur fondamentale.,Les œuvres d'art sont des actifs financiers spéciaux dont la valeur est difficile à déterminer.

Et qu’est-ce qui rend si difficile leur estimation ?

Kräussl : Quelques critères objectifs. Pour calculer le flux de trésorerie d'une propriété, il y a des bases de calcul concrètes. Dans l’art, cependant, est souvent mentionnée la « dividende enchantée » . C’est ce problème que nous avons rencontré dans notre travail.

Et comment avez-vous résolu ce problème ?

Lehnert : Par une nouvelle méthode directe d’estimation d'une bulle qui peut détecter un comportement explosif des prix de l’art. Les prix de l'art nous sont fournis par la bese de données Blouin Art Sales Index (BASI).

Quelles informations peuvent être trouvées dans la base de données BASI ?

Kräussl : La base de données contient des informations de 4,6 millions des œuvres d'art de plus de 225 000 artistes. En outre, nous avons à chaque donnée d'enchères de la maison de vente, la date de la vente aux enchères et le prix du contrat. Sur la base de ces données, nous avons construit quatre indices individuels de l’art.

Quels sont ces indices – et à quoi servent-ils ?

Lehnert : Les Indices divisent l'art dans différentes époques, c’est à dire « Impressionist and Modern », « Post-war and Contemporary », « American », et « Latin American ». Nous essayons d’analyser toutes les bulles de spéculation par segment et de les identifier le plus tôt possible. Cela a donné qu’il y a eu une bulle sur les segments « Impressionist and Modern » et « Post-war and Contemporary » entre 1986 et 1991. Ce qui n’est pas un hasard ...

En quoi  n’est-ce pas une coïncidence?

Kräussl : Parce qu’en 1986 la bulle économique a mené le Japon à spéculer sur le marché de l’art. Les investisseurs japonais ont eu accès au crédit parce qu'ils ont bénéficié de la flambée des prix de l’immobilier. Ils ont investi massivement dans l'art – jusqu’à ce que l’économie s’effondre en 1991.

Avez-vous analysé plus de bulles sur le marché de l'art ? Peut-être même récemment ?

Lehnert : Sur le segment de marché «American», il y a eu une bulle entre 2006 et 2008 , avant la crise financière . Et ce même segment ainsi que celui du « Post-war and Contemporary » augmentent à nouveau depuis 2012. Ces nouveaux signes coïncident. Cela reste fascinant.

Auteur: Sven Hauser
Photo © shotshop.com

 

Infobox

Depuis quand existe le marché de l'art ?

 

Au 16ème siècle, les collectionneurs ont commencé à acheter de l'art pour des raisons esthétiques, de part leur statut social, mais aussi comme un investissement. Depuis les années 1960, les économistes considèrent l'art comme un actif financier, l’intérêt pour l'art en titres de placement a augmenté considérablement. Aujourd'hui, le marché de l'art est surtout intéressant pour les banques et leurs clients fortunés. Roman Kräussl, professeur agrégé et Thorsten Lehnert, professeur à la Luxembourg School of Finance , ont étudié ce phénomène .

 

 

Aussi intéréssant

Startup Investify Investir en fonction des intérêts

Déterminer librement l’investissement qui nous convient en passant uniquement par une application mobile : tel est le pr...

Marché de l’art « La bulle spéculative a éclaté »

Un professeur de la Luxembourg School of Finance de l'Université du Luxembourg avait vu juste.

Aussi dans cette rubrique

Collage Tatsiramos Albanese
Research about the Nobel Prize topic in Luxembourg Nobel Prize in Economics 2021: How we study data in the real world

Two economists from Luxembourg tell us how new insights about the labour market and conclusions about cause and effect can be drawn from natural experiments.

Enquête Impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de (dé)confinement au Luxembourg sur les individus et les ménages

Deux impacts socio-économiques majeurs ont pu être identifiés lors de la première vague en 2020: l’un lié au travail et l’autre à la vie quotidienne. Participez maintenant à la seconde enquête!

screenshot of policy brief
Macroéconomie et épidémiologie L’impact de la deuxième vague de Covid-19 sur l’économie luxembourgeoise

Un nouveau ‘Policy Brief’ rassemblant les économistes du LISER et du STATEC discute les perspectives macroéconomiques et épidémiologiques du Luxembourg pour 2020-2021.

Portrait Francesco Sarracino
Prospérité et qualité de vie Pourquoi une hausse de la croissance économique ne mène pas forcément à un plus grand bien-être

La stagnation de l’économie n’est pas une bonne chose. C’est du moins ce que l’on entend souvent. Francesco Sarracino, économiste au STATEC, voit les choses un peu différemment.