(C) Shotshop

La santé supporte-t-elle un aller-retour sur Mars ? Des chercheurs ont constaté que le système immunitaire des astronautes s’affaiblit lors de voyages prolongés dans l’espace. De plus, les agents pathogènes sont plus agressifs.

« Quel serait le sens d’un voyage sur Mars si les astronautes étaient à ce point malades qu’il leur serait impossible de réaliser les examens prévus à leur retour », se demande Eric Tschirhart, professeur à l’Université du Luxembourg. Avec son collègue Jean-Pol Frippiat de l’Université de Nancy, il a constaté qu'un séjour dans l'espace perturbe la production d'anticorps. Il existe dès lors un risque de maladie élevé.

À travers leur dernière étude, les chercheurs ont également été en mesure de prouver à quoi cet état de fait est dû : il ne s’agit pas du rayonnement spatial ou du changement de rythme nycthéméral mais bien à la modification de la pesanteur.

Un double revers pour le projet de voyage sur Mars.

En effet, lors d’études précédentes, Tschirhart et Frippiat ont déjà révélé que les bactéries pathogènes dont les salmonelles, l’Escherichia coli et les staphylocoques croissent plus rapidement et deviennent plus agressives durant les voyages spatiaux. Pour ce faire, ils ont envoyé des animaux dans l’espace et analysé plus de 150 études portant sur les voyages spatiaux.

Un système immunitaire faible et des agents pathogènes agressifs

Outre l'apesanteur, le stress est également la cause de ces modifications. La réactivation de différents virus dont le virus de l’herpès est par exemple attribuée à des facteurs de stress.

La durée de séjour prolongée sur Mars exposerait en outre les astronautes à des rayonnements élevés car la planète visitée est dépourvue de champ magnétique repoussant le rayonnement et d’atmosphère. Le rayonnement cosmique augmente d’une part de manière significative le risque de cancer et, d’autre part, il est susceptible d'engendrer des mutations de bactéries qui leur confèrent de toutes nouvelles propriétés.

Des mutations dangereuses ?

Des champignons capables de désagréger l’isolation en plastique de câbles électriques ont p.ex. été découverts sur une station spatiale. Cette caractéristique a jusqu’à présent uniquement été observée dans l’espace et laisse supposer que d’autres caractéristiques inconnues à ce jour pourraient se développer.

Eric Tschirhart est malgré tout d’avis qu’un voyage sur Mars devrait être possible un jour ou l’autre. Il faudrait toutefois reconsidérer auparavant les méthodes de traitement habituelles au moyen d’antibiotiques utilisées jusqu’à présent.

Auteur : Jean-Paul Bertemes
Photo © Shotshop

Aussi intéréssant

Concours national Jonk Fuerscher Quels sont les effets de la qualité de l’eau sur les microorganismes aquatiques ?

Les engrais organiques peuvent-ils impacter les cours d’eau luxembourgeois ? Mara Rachel Manieri, lauréate du concours J...

Research trends Commande à distance à partir de l’intestin

Microbiome: Quelles sont les perspectives qu’ouvre la recherche sur cette communauté de bactéries sur et dans l’être hu...

FNR, LIH
Santé Microorganismes - des véritables organismes à tout faire

Ils sont extrêmement petits et jouent pourtant un rôle essentiel dans notre quotidien : les microorganismes. Ils peuven...

Aussi dans cette rubrique

Dépistage néonatal Recherche systématique de maladies chez les bébés

Grâce au dépistage néonatal, des maladies rares mais graves sont détectées de manière précoce au LNS. Cela permet d'éviter ou au moins de limiter les conséquences négatives.

LNS
D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH
Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.