(C) Shotshop

Les cliniciens, les scientifiques et les associations de patients du Luxembourg, travaillent main dans la main pour fournir aux patients atteints d’un cancer un traitement et des soins adaptés à leurs besoins. Avec environ 2400 nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque année au Luxembourg et presque un quart de décès qui lui sont attribués, le cancer reste l'un des principaux problèmes de santé de notre pays. Ceci, à la fois en terme de souffrance personnelle et en terme de coût pour le système de santé publique.

Le corps humain est constitué d'environ 10 trillions de cellules individuelles, qui remplissent des fonctions spécifiques et se combinent pour former nos différents tissus et organes. La plupart de ces tissus se régénèrent - les vieilles cellules meurent et de nouvelles naissent par division cellulaire, un processus qui est strictement réglementé. Quand quelque chose se passe mal avec la régulation de ce processus à l'intérieur d'une cellule, celle-ci commence à se diviser de manière incontrôlée et une tumeur se forme.

Comme tous les processus cellulaires, la division cellulaire est contrôlée par nos gènes (le code qui indique aux cellules quoi faire) et par nos protéines (qui exécutent les ordres des gènes). Comme elles sont assez sophistiquées, nos cellules ne dépendent pas d’un seul gène ou d’une seule protéine pour la division cellulaire. Au contraire, elles utilisent toute une série d'acteurs qui interagissent dans un réseau très complexe. Bien que cela assure un niveau supplémentaire de sécurité, il en résulte un grand nombre de molécules qui peuvent devenir dysfonctionnelles, avec des effets dévastateurs.

Il n'y a pas seulement un type de cancer

Au fur et à mesure de l’identification des gènes et des protéines impliqués dans le développement du cancer, les scientifiques ont réalisé que chaque patient risquait d’avoir des dysfonctionnements différents. En effet, ils pensaient au départ qu’il n’y avait qu’un seul type de cancer pour chaque organe. Par la suite, ils ont découvert qu'il existait des sous-types pour chaque cancer à cause des différents types de cellules qui composent chaque organe.

Aujourd'hui nous savons que chaque patient a un cancer légèrement différent parce que différents gènes et protéines peuvent être mutés ou défectueux. Ainsi, parfois une mutation peut rendre un cancer plus agressif, tandis qu’une autre mutation peut rendre un traitement spécifique moins efficace. La médecine personnalisée est née. Cette approche relativement nouvelle des soins de santé prend en compte le profil des gènes ou des protéines d'un patient, afin d'adapter les décisions concernant la prévention, le diagnostic et le traitement de ce dernier en fonction de ses besoins.

De nouvelles opportunités de thérapie ciblée se présentent

Avec les découvertes de plus en plus de gènes et protéines impliqués dans le développement du cancer, de nouvelles opportunités de thérapie ciblée se présentent. Certaines de ces thérapies sont déjà disponibles aujourd'hui pour les patients. L’Herceptin, par exemple, cible spécifiquement une protéine qui est présente sur les cellules cancéreuses d'environ un quart des patients atteints de cancer du sein. En général, cette protéine particulière rend le cancer de ces patients plus agressif et plus résistant à la chimiothérapie hormonale traditionnelle. Ainsi, même si le médicament n’est efficace que dans une proportion limitée de patients, il offre de meilleures options de traitement à ces patients et améliore souvent les résultats.

Comme cette approche personnalisée permet également aux cliniciens d'éviter des traitements inefficaces, les patients souffrent moins d'effets secondaires inutiles et les coûts relatifs peuvent être réduits.

Le gouvernement luxembourgeois a décidé d'investir dans ce domaine

Conscient de la grande promesse que tient la médecine personnalisée, le gouvernement luxembourgeois a décidé d'investir dans ce domaine et de former le Personalised Medicine Consortium (PMC). Cette initiative regroupe les cliniciens, IBBL (Integrated Biobank of Luxembourg), le CRP-Santé et l'Université du Luxembourg, notamment le LCSB (Luxembourg Centre for Systems Biomedicine).

Les membres du PMC travaillent actuellement sur plusieurs projets en vue d’améliorer le diagnostic, le traitement et les soins pour les patients atteints d’un cancer au Luxembourg.

Recherche sur le cancer du poumon, de la prostate et sur les effets de la chimiothérapie

Le projet phare du PMC sur le cancer du poumon est dirigé par le Dr Guy Berchem, oncologue au Centre Hospitalier du Luxembourg (CHL) et Chef du département d’hémato-oncologie expérimentale au CRP-Santé. L’étude vise à évaluer la survie des patients qui reçoivent une thérapie ciblée sur la base de mutations spécifiques.

En 2013, IBBL a lancé deux nouvelles études pilotes dans le cadre du PMC, qui mettent l'accent sur l’amélioration directe de la qualité de vie des patients. Pour la première nouvelle étude, plus de 100 patients suspectés d'avoir un cancer de la prostate ont été recrutés avec l'appui des urologues du Luxembourg. Aujourd’hui, les patients doivent se soumettre à une, parfois, même plusieurs, biopsies pour confirmer un diagnostic de cancer de la prostate. Afin d’essayer d'éviter ceci, la biobanque collecte des échantillons de sang et d'urine des patients et effectue un nouveau test de diagnostic, qui est basé sur la présence d'une protéine spécifique au cancer dans l'urine.

La deuxième nouvelle étude, dirigée par le Dr Stefan Rauh du Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) est cofinancée par la Fondation Cancer et IBBL. Elle vise à améliorer le contrôle et la gestion des effets secondaires de la chimiothérapie. Pour cela, la moitié des 120 participants de l'étude utilise un appareil d’évaluation interactive qui les aide à évaluer leurs symptômes, les sensibilise aux effets secondaires des médicaments, et, le cas échéant, leur conseille de contacter leur médecin ou hôpital.

Pour vraiment faire une différence pour les générations futures, les professionnels de la santé, les scientifiques, les politiciens et le public doivent continuer à travailler ensemble et à soutenir de telles initiatives initiées par la Fondation Cancer, la biobanque et les membres du PMC.

Auteur: IBBL
Photo © Shotshop.com

 

Infobox

À propos d’IBBL

IBBL (Integrated Biobank of Luxembourg) est une biobanque indépendante à but non-lucratif dont la mission est de faciliter le développement d’une recherche médicale de pointe et de contribuer à l'introduction de la future génération de soins de santé au Luxembourg. IBBL collecte, stocke et analyse des échantillons biologiques et les données associées, et les met à disposition d’instituts de recherche examinant de nouveaux traitements et outils de diagnostic des maladies.

Pour plus d'informations, visitez: www.ibbl.lu

À propos du Consortium de la Médecine Personnalisée

Le Consortium de la Médecine Personnalisée (‘Personalised Medicine Consortium’ ou PMC) de Luxembourg est une initiative audacieuse dont l’objectif est de favoriser la recherche et de faire du Luxembourg un leader dans l'adoption de la médecine personnalisée dans le système national de santé. Il s’agit d’une collaboration d’instituts regroupant notamment IBBL (Integrated BioBank of Luxembourg), le LCSB (Luxembourg Centre for Systems Biomedicine) à l’Université du Luxembourg et le Centre de Recherche Publique Santé (CRP-Santé). Le PMC se concentre initialement sur trois domaines thérapeutiques dans lesquels le Luxembourg est en mesure de faire progresser la science, avec un potentiel ayant un impact sur la morbidité et la mortalité associées aux maladies suivantes : cancer, diabète et maladie de Parkinson. Le PMC envisage également de lancer une cohorte de population normale .

Pour plus d’informations, visitez:
http://www.ibbl.lu/personalised-medicine/personalised-medicine-consortium/

Contact

Arnaud d’Agostini (Marketing & Communication Manager)
Sarah Weiler (Science Communication Officer)
IBBL (Integrated BioBank of Luxembourg)
6 rue Nicolas Ernest Barblé
L-1210 Luxembourg
Tel: +352 27 44 64 – 24
Fax: +352 27 44 64 – 64
E-mail: communications@ibbl.lu
Web: www.ibbl.lu

Aussi intéréssant

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'unive...

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Journée mondiale Alzheimer 2021 Quatre vidéos explicatives sur la démence

Qu’est-ce qu’une démence ? Que faire après ce diagnostic ? Comment en mieux rester en relation avec une personne atteinte de démence ? Pourquoi les proches de cette personne jouent-ils un rôle-clé ?

Dépistage néonatal Recherche systématique de maladies chez les bébés

Grâce au dépistage néonatal, des maladies rares mais graves sont détectées de manière précoce au LNS. Cela permet d'éviter ou au moins de limiter les conséquences négatives.

LNS
D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH