(C) Fondation Cancer

Si le cancer est métastasé, le traitement du patient devient plus compliqué. Grâce au soutien de la Fondation Cancer, des chercheurs à l'Université du Luxembourg recherchent des solutions.  

Si le cancer est métastasé, donc si des nouvelles tumeures se sont formées dans d'autres organes que la tumeur primaire), le traitement du patient devient plus compliqué. Comme il n’y a souvent plus la possibilité d’enlever les tumeurs ou de les éliminer par radiothérapie, le patient doit être traité à l’aide de médicaments.

Comme les médicaments administrés dans le cadre d’une chimiothérapie s’attaquent aussi aux cellules saines et entrainent de nombreux effets secondaires, la recherche sur le cancer investit beaucoup d’énergie et de temps afin de trouver des thérapies ciblées qui ont pour but de détruire uniquement les cellules cancéreuses en laissant les cellules saines intactes.

Il faut savoir que les métastases sont responsables de plus de 90 % des décès chez les patients atteints de cancer. Il est donc extrêmement important de développer de telles thérapies ciblées.

Un projet de recherche du Dr. Elisabeth Schaffner-Recking à l'Università du Luxembourg a pour but de déterminer quelle thérapie ciblée pourrait être utile pour une patiente atteinte d’un cancer du sein. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes au Luxembourg.

Un objectif clé est l’identification de biomarqueurs

Dans le cadre de la recherche de thérapies ciblées, un objectif primordial de nos jours dans la lutte contre le cancer est l’identification de marqueurs qui aident à prédire la réaction du patient à un médicament donné. Ces marqueurs, appelés « predictive biomarkers », sont à la base d’une thérapie ciblée et individualisée pour le patient. Souvent, ces marqueurs sont des protéines dans le corps, pour lesquelles on peut mesurer leur quantité ou activité d'une manière précise. 

La protéine que les chercheurs étudient s’appelle L-plastine. Si la L-plastine est présente dans les cellules cancéreuses, son expression et sa modification par phosphorylation1 sont souvent liées à un comportement agressif des cellules cancéreuses. Ces cellules sont capables d’invasion (donc elles peuvent migrer à partir du sein à d'autres tissus) et de former des métastases.

Ce projet de recherche a comme objectif d’établir la L-plastine phosphorylée comme « predictive cancer biomarker » - donc un marqueur qui peut prédire comment le cancer pourrait évoluer. A cet effet, les chercheurs étudient si un lien existe entre la phosphorylation de la L-plastine et le dérèglement de certaines voies de signalisation. Si un tel lien existait, la L-plastine serait étudiée plus en détail en tant que « predictive cancer biomarker candidate » dans une étude clinique de grande ampleur.

L’objectif est d’utiliser le statut de phosphorylation de la L-plastine dans les tumeurs pour prédire quelles voies de signalisation sont déréglées et doivent être bloquées pour que le cancer puisse être attaqué et la formation de métastases évitée. L’équipe du Dr Schaffner-Reckinger veut ainsi contribuer à la détermination d’une thérapie ciblée adaptée pour chaque patiente atteinte d’un cancer du sein.

250.000€ pour la recherche sur le cancer du sein à l'Université du Luxembourg

Dans le cadre du soutien à la recherche, Dr Carlo Bock, président de la Fondation Cancer et Lucienne Thommes, directrice ont remis le 18 janvier 2017 un chèque de 250 000 € à la chercheuse Dr Elisabeth Schaffner-Reckinger, en présence du Prof. Ludwig Neyses, vice-recteur à la recherche de l’Université du Luxembourg.

1Ajout d'un ou plusieurs groupes phosphate à des acides aminés (éléments constitutifs des protéines) déterminés.

Auteur: Fondation Cancer
Photo: Fondation Cancer

 

 

Infobox

La Fondation Cancer, pour vous, avec vous, grâce à vous.

Fondée en 1994 au Luxembourg, la Fondation Cancer oeuvre inlassablement depuis plus de 20 ans dans le domaine de la lutte contre le cancer. A côté de l’information axée sur la prévention, le dépistage et la vie avec un cancer, une de ses missions consiste à aider les patients et leurs proches. Financer des projets de recherche sur le cancer constitue le troisième volet des missions de la Fondation Cancer qui organise chaque année le grand évènement de solidarité Relais pour la Vie. Toutes ces missions sont possibles grâce à la générosité de nos donateurs. Si vous aussi, vous désirez soutenir la Fondation Cancer, faites un don: CCPL IBAN LU92 1111 0002 8288 0000 ou en ligne sur www.cancer.lu

Aussi intéréssant

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'unive...

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Journée mondiale Alzheimer 2021 Quatre vidéos explicatives sur la démence

Qu’est-ce qu’une démence ? Que faire après ce diagnostic ? Comment en mieux rester en relation avec une personne atteinte de démence ? Pourquoi les proches de cette personne jouent-ils un rôle-clé ?

Dépistage néonatal Recherche systématique de maladies chez les bébés

Grâce au dépistage néonatal, des maladies rares mais graves sont détectées de manière précoce au LNS. Cela permet d'éviter ou au moins de limiter les conséquences négatives.

LNS
D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH