(C) MOAST

Les microorganismes étaient là bien avant nous et on les retrouve partout: sur notre peau, dans notre intestin ... sont-ils bénéficiaires pour nous? Pouvons-nous utiliser leurs compétences ? Pouvons-nous détecter des maladies grâce à eux? Voir guérir? C’est le sujet de recherche d’Anna Heintz du LCSB.

En général, nous n’avons pas encore beaucoup de connaissances sur les microorganismes. Heintz et son équipe aimeraient changer cela. Ils étudient les microorganismes, donc des bactéries ou d’autres organismes unicellulaires dans leur environnement.
Plus précisément, Anna Heintz s’intéresse aux microorganismes dans l'intestin. Par conséquent, elle examine des échantillons de selles, depuis lesquelles elle peut isoler des des microorganismes et leurs composants, tels que leur ADN.

Analyser des vastes quantités de données

"Nous disposons aujourd’hui de méthodes très modernes pour l'analyse de l'ADN. Cela produit des vastes quantités de données. Il faut des ordinateurs très puissants pour traiter ces données. Par conséquent, une grande partie de mon travail se déroule en face de l'ordinateur», dit Anna Heintz. Les analyses permettent d'identifier les organismes avec lesquelles les chercheurs travaillent.

Mais cela ne suffit pas: «Si nous voulons comprendre l'impact que ces petites créatures ont dans nos intestins et sur notre santé ou sur le développement de maladies chez les gens - alors nous devons examiner de manière précise ce qu'ils font», déclare la biologiste.

Comprendre ce que les microorganismes font

Les chercheurs obtiennent des informations sur ce que ces organismes font en analysant l’ADN de ces derniers – l’ADN représente une sorte de boîte à outils qui permet de regarder à l’intérieur d’un organisme. À cette fin, Anna Heintz a développé de nouvelles méthodes au laboratoire et sur l’ordinateur.

Anna Heintz espère que nous pourrions utiliser le potentiel de nos micro-organismes, que nous commençons tout juste à comprendre pour vivre en meilleure santé et prévenir des maladies telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Autor: Jean-Paul Bertemes (FNR), Anna Heintz
Video: MOAST

 

Infobox

Meet the scientists

The new video series on science.lu: Meet some scientists in their everyday life and discover what their research is about.

Aussi intéréssant

Journée internationale de l'épilepsie L’épilepsie, une maladie neurologique aux multiples facettes

Une crise d’épilepsie se traduit par une activité électrique anormale du cerveau. Connait-on les causes de cette maladie...

Opgepasst bei Antibiotique Firwat ass Antibiotique schlecht fir d’Verdauung?

Antibiotique ass net nëmmen déidlech fir Bakterien déi krank maachen, mee leider och fir nëtzlech Bakterien. Eng Auswier...

FNR
VIH Sida : Quels sont les effets du virus de l’immunodéficience humaine ?

Pourquoi le VIH est-il si compliqué d’éliminer? Découvre son mécanisme et les avancées de la recherche luxembourgeoise. ...

FNR

Aussi dans cette rubrique

social distancing
Coronavirus Crisis Survey: How well does 'social distancing' work in our day-to-day life?

You would like to help combat the current coronavirus-crisis? Take part in the survey and help researchers find out whether the restrictive measures currently in place in Luxembourg are effective.

Joël Mossong
Coronavirus Shutdown Combien de temps cette situation va-t-elle perdurer au Luxembourg ?

Les mesures actuelles sont-elles suffisantes ? Toute la population ne devrait-elle pas simplement contracter la maladie pour mettre un terme à cette situation ? Qu'est-ce qui nous attend ?

LNS
Social distancing
Crise corona Enquête: Dans quelle mesure le « social distancing » fonctionne-t-il dans notre vie quotidienne?

Faites une contribution pour résoudre la crise et participez à l'enquête! Aidez les scientifiques au Luxembourg à déterminer si les mesures restrictives actuellement en vigueur sont efficaces.

Virus de la grippe Diagnostic et surveillance de l’épidémie saisonnière de la grippe au Luxembourg

Les chercheurs du LNS sont prêts à diagnostiquer des individus potentiellement infectées par le coronavirus. Mais ils sont en fait occupés avec un autre virus.

LNS