© Université du Luxembourg

Hiroaki Kitano est à la pointe de la recherche en matière d’intelligence artificielle et s’est fixé ce but ultime : un robot lauréat du prix Nobel d’ici à 2050.

Le prix Nobel est la plus haute distinction que puisse recevoir un scientifique et il est tout naturel que tout chercheur se prenne un jour ou l’autre à y rêver. Selon Alfred Nobel, il doit récompenser l’accomplissement extraordinaire d’un être humain dans son domaine de recherche.

Si le côté extraordinaire devrait rester, il n’en va peut-être pas de même pour le côté humain, à en croire Hiroaki Kitano. Né au Japon, ce physicien de formation est à la pointe de la recherche en matière d’intelligence artificielle et s’est fixé ce but ultime : un robot lauréat du prix Nobel d’ici à 2050.

Le préalable : élargir le champ des possibles

Avec le même discours, on en accuserait certains de folie des grandeurs, mais pas Hiroaki Kitano : à l’entendre, on n’a aucune difficulté à y croire. Il suffit de l’écouter cinq minutes pour se trouver transporté dans un autre monde, un univers qui répond à sa propre dynamique et a une caractéristique principale : il est grand. C’est ce qu’il est ressorti immédiatement de l’exposé présenté par Kitano à Belval le 11 mai 2017 dans le cadre du cycle de conférences « La biologie au 21ème siècle » organisée pour célébrer le 40ème anniversaire de l’ABIOL, l’Association des Biologistes Luxembourgeois (voir encadré).

Hiroaki Kitano n’hésite pas à s’aventurer hors de la physique, qui n’est qu’une facette de ses activités de recherche. Il est entre autres à la tête du Systems Biology Institute de Tokyo, d’une revue spécialisée et CEO de Sony Computer Laboratories. Dans ce cadre, il a lancé le projet de chien robot AIBO et imaginé la Robocup, la coupe du monde de football des robots (avec la participation d'une équipe luxembourgeoise), excellent exemple de l’inventivité sans limite de Kitano.

Le principe : l’équilibre du ludique et du sérieux

À Belval, Kitano reconnaît bien sûr l’aspect amusant de robots tapant dans le ballon. Mais le côté fun et la passion, tel qu’il le souligne à de nombreuses reprises, ont toujours été indissociables de la recherche scientifique. De plus, les démarches ludiques servent selon lui toujours à faire avancer les projets sérieux. Ces robots as du ballon rond aspirent donc à des objectifs plus ambitieux : remporter le championnat face aux « vrais » champions du monde d’ici à 2050, certes, mais aussi trouver leur place en entreprise en s’intégrant dans les processus industriels.

Ces robots auraient donc aussi leur utilité en dehors du terrain de foot, par exemple dans les entrepôts d’un grand distributeur en ligne. Pour Hiroaki Kitano, il s’agit là du meilleur exemple possible de l’équilibre entre fun et objectifs de recherche tout à fait respectables. Les robots et l’intelligence artificielle ne constituent en rien une exception dans le monde scientifique : l’homme avait certes envie de poser le pied sur la Lune pour réaliser un rêve, mais l’objectif réel était de nature stratégique, être le premier à conquérir l’espace.

La réalisation : 50 années de travail de fourmi et un grain de folie

En règle générale, développe Kitano, on peut dire que la conquête spatiale a défini la marche à suivre lors de projets de recherche au long cours. Une fois que les buts primaires et ultimes ont été définis, il faut développer une théorie qui soit ensuite concrétisée sous la forme d’une plateforme technologique. Mais ce n’est que le début de l’aventure : pour faire qu’une idée devienne un jour réalité, il faut un management qui s’inscrit dans la durée et surtout du temps : 50 ans environ.

La moitié d’un siècle, voilà ce qu’il faut en effet selon Kitano pour développer bon nombre de projets de recherche. Selon ce pionnier multi-talents, ceux qui concrétisent une idée folle façonnent le monde de demain. Alors que les robots rataient toutes leurs passes il y a encore vingt ans, ils sont aujourd’hui capables d’un jeu tactiquement complexe.

Les conséquences : une synergie disruptive entre homme et machine

Pour résumer, c’est un plaidoyer flamboyant pour la recherche qu’adresse Hiroaki Kitano au public de Belval, un aperçu passionnant de ce que peut atteindre la recherche lorsqu’intelligence artificielle et créativité humaine joignent leurs forces. Pour lui, le but ultime est celui-là : une alliance fertile entre l’être humain créatif et indépendant et la machine. Kitano attribue à ce changement de paradigme un caractère disruptif, certes, mais surtout infiniment prometteur : un titre de champion du monde décerné un jour à une équipe de robots, mais surtout un progrès qui profite à l’humanité entière.

Auteur: Sven Hauser
Photo: uni.lu 

Infobox

L’ABIOL fête ses 40 ans - d’autres conférences au programme

L’Association des Biologistes Luxembourgeois (ABIOL) s’adresse à tous ceux qui possèdent un diplôme universitaire en biologie. Ses activités sont très diverses, car la biologie revêt aussi une dimension politique à l’ère du développement durable. L’ABIOL se comprend donc non seulement comme une association professionnelle, mais aussi comme un acteur social. Le cycle de conférences organisé en l’honneur du quarantenaire de l’association s’achèvera début juillet par un dernier exposé, « La conquête des continents par les végétaux ». Rendez-vous sur www.abiol.lu pour plus d’informations à ce sujet. 

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg - juillet 2022

Les dernières découvertes scientifiques faites au Luxembourg résumées en petits paragraphes faciles à assimiler.

Projet de recherche REPAIR Du cordonnier au repair café : comment la réparation et sa pratique ont évolué au fil du temps

Des historiens de l’Université du Luxembourg étudient l’importance sociale d’une activité qui a été largement reléguée a...

letzSCIENCE Découvrez la recherche au Luxembourg en réalité augmentée (AR)

« What the hell is that ? » - La nouvelle application « letzSCIENCE AR » du Fonds National de la Recherche invite à déco...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Sécurité informatique Ce que les mouvements de la souris révèlent sur l’utilisateur et comment l’éviter

Les mouvements de la souris d’ordinateur en disent déjà long sur son utilisateur. Cela pose des problèmes importants en termes de protection des données, qui sont toutefois possible de résoudre.

Ether coin
Lacune dans la blockchain Cryptomonnaie : Des pratiques frauduleuses révélées par des chercheurs au Luxembourg

Une escroquerie dans la blockchain de la cryptomonnaie Ether a été détectée par un doctorant de l’Université du Luxembourg

FNR Awards 2020 Pour un meilleur contrôle qualité de tests pour des logiciels informatiques

Thierry Titcheu Chekam a remporté un prix pour sa thèse de doctorat, qu’il a accompli au centre de recherche interdisciplinaire SnT de l'Université du Luxembourg.

Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'université, se retrouve dans cette catégorie.