(C) Science News, Science Club

On entend souvent qu'il y a dans le chocolat des substances qui provoquent cet effet. C’est FAUX. Il y a certes dans le chocolat des substances qui POURRAIENT influencer notre cerveau, mais aucune de ces substances n'a vraiment d'effet.

L'hormone du bonheur Phényléthylamine est bien présente dans le chocolat, mais une fois qu'elle parvient dans le sang, elle est rapidement éliminée par les enzymes. Il faudrait manger 100 tablettes de chocolat par jour pour que la dose soit suffisamment forte pour agir.  

L'anandamide, une drogue que l'on trouve également dans le cannabis, est présente dans le chocolat en quantités tout à fait minimales.

La sérotonine est une substance qui rend heureux que le corps produit lui-même et qui est également contenue dans le chocolat. Lorsque cette substance parvient dans le corps à travers la nourriture, elle parvient certes dans le sang, mais n'atteint pas le cerveau. Il existe une barrière entre le sang et le cerveau, qui, de façon tout à fait sélective, laisse passer certaines substances et d'autres pas. La sérotonine ne passe pas.

La caféine est une neurotoxine avec laquelle la plante du cacao se protège contre les ennemis qui essaient de la manger. Chez l'homme, à petites doses, la caféine a un effet stimulant pour le cœur et la circulation sanguine. Elle n'a cependant aucun effet sur l’humeur et n'occasionne pas non plus des bouffées d’ivresse, sans quoi une tasse de café ferait planer puisqu’elle contient plus de caféine qu'une tablette de chocolat.

Pourquoi alors le chocolat rend-il néanmoins heureux ?

Le fait que le chocolat rende heureux est une réalité, mais cela est tout simplement lié au fait que la personne qui mange du chocolat aime le chocolat, son arôme, son goût, la façon dont il fond sur la langue, le goût sucré dans la bouche... A cela s'ajoute l'habitude de manger du chocolat à des moments particuliers. Ainsi le chocolat a une signification émotionnelle forte, que ce soit comme consolation ou en tant que récompense, et cette habitude s'ancre dans le cerveau. Dès que du chocolat est consommé dans une telle situation, le « système de récompense » du le cerveau réagit et le transmetteur dopamine est libéré.

Le sentiment de bonheur en mangeant du chocolat est donc déclenché par la dopamine, pas en raison de sa présence dans le chocolat, mais parce que c'est le cerveau lui-même qui la libère.

Cet article a été publié dans le Science News 04/2009.

Infobox

Le magazine Science News

Cet article a été publié dans le Science News. C'est un magazine qui est destiné aux jeunes âgés de 11 à 18 ans et qui apparaît 5 fois par an.

État des lieux scientifique Quels sont les effets sanitaires et sociaux du cannabis récréatif?

Nous résumons ce que sait la science sur l’impact du cannabis psychoactif sur le bien-être physique, mental et social de...

FNR
Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Cannabis Pflanze
État des lieux scientifique Quels sont les effets sanitaires et sociaux du cannabis récréatif?

Nous résumons ce que sait la science sur l’impact du cannabis psychoactif sur le bien-être physique, mental et social des consommateurs récréatifs.

FNR
Cannabis
Connaissances scientifiques actuelles Fact check: Quels sont les effets d’une légalisation du cannabis?

Le Luxembourg discute de la légalisation du cannabis. Nous résumons ici les connaissances scientifiques sur les expériences faites dans les États ayant légalisé ou décriminalisé le cannabis.

FNR
Covid-19
La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le corps développe aussi une protection immunitaire. Quand est-on mieux protégé ?

FNR, LIH