(C) Uwe Hentschel

Les pesticides sont détectable dans les cheveux - plus longtemps que dans le sang ou l’urine.

Certains coupent des cheveux, Caroline Chata les étudie. La doctorante au LIH examine l'impact des pesticides sur base d’une analyse de cheveux.

Alors que la plus grande partie de la communauté scientifique du domaine de l’analyse des cheveux travaille sur la détection de médicaments et de stupéfiants, Caroline Chata et les autres membres de l’équipe du Laboratoire de Biomonitoring (LAHB) du Luxembourg Institute of Health (LIH) concentrent leurs recherches sur la quantification de pesticides et d’autres polluants environnementaux dans les cheveux. En utilisant un modèle animal, Caroline Chata étudie les mécanismes d'incorporation des pesticides dans les cheveux et vise à établir un modèle théorique reliant les concentrations détectées dans les cheveux à celles détectées dans le sang et au niveau réel d'exposition.

Son projet est ambitieux car la détection des pesticides dans les cheveux est une technique peu explorée. De plus, les pesticides ne sont présents qu’à faible concentration dans les cheveux ce qui rend leur quantification plus difficile.

Les pesticides sont détectable plus longtemps dans les cheveux

«La thématique de recherche de notre équipe est très novatrice» souligne la chercheuse. «On sait depuis un certain temps analyser avec précision la présence de pesticides dans des échantillons de sang ou d'urine mais l’utilisation du cheveu dans ce contexte est beaucoup plus récente. Pourtant l’utilisation du cheveu comme matrice a de nombreux avantages.

D’une part, la collecte des échantillons est rapide et facile à réaliser. Elle ne nécessite pas une habilitation comme c’est le cas pour les prises de sang. D’autre part, les échantillons capillaires permettent d'obtenir des données sur l'exposition à long terme à des produits chimiques. En effet, un centimètre d’un brin de cheveu contient les informations sur un mois d'exposition. En comparaison, les échantillons de sang et d’urine ne fournissent des données que sur les quelques heures précédant le prélèvement» explique Caroline Chata.

Doctorante depuis moins d’un an au Laboratoire de Biomonitoring (LAHB), Caroline Chata s’est déjà vu attribuer son premier prix à une conférence scientifique internationale, la conférence annuelle de la «Society of Hair Testing» à São Paulo au Brésil. Sa présentation scientifique, qui était sa toute première devant un public d’experts internationaux de son domaine, a été sélectionnée comme la meilleure communication orale de la conférence. Ce prix témoigne de la maturité scientifique ainsi que de l’importance et du potentiel d’application du sujet de recherche de la jeune scientifique.

La concentration des polluants dans les cheveux est la même que dans le sang

Dans sa présentation orale, la chercheuse a montré ses résultats obtenus avec des échantillons de poils de rats. Dans des conditions en accord avec les recommandations éthiques, les rats ont été exposés à diverses concentrations de plus de vingt pesticides différents. Après analyse des échantillons de sang, elle a constaté que pour la plupart des composés testés, la concentration dans les poils était associée de façon significative à la concentration sanguine en pesticides. Ces résultats s’inscrivent dans la continuité des travaux de l’équipe ayant récemment montré que la concentration de pesticides dans les cheveux est quantitativement liée au niveau d'exposition. Le projet de la doctorante, focalisé sur l’étude des mécanismes responsables de l’incorporation des pesticides dans les cheveux, vise ainsi à établir un modèle théorique extrapolable à d’autres composés et possède donc un fort potentiel d'application.

Auteur: LIH

Photo: Uwe Hentschel

Infobox

Society of Hair Testing

La Society of Hair Testing (SoHT), fondée en 1995 et comprenant des membres de plus de 20 pays, a pour but de promouvoir la recherche sur l’analyse des cheveux et les applications médico-légales et cliniques qui en résultent. Chaque année, la SoHT réunit un grand nombre de scientifiques de haut niveau ainsi que de chercheurs en début de carrière lors d’une grande conférence étendue sur plusieurs jours. La 20e édition de cette conférence a eu lieu à São Paulo.

Aussi intéréssant

Journée internationale de l'épilepsie L’épilepsie, une maladie neurologique aux multiples facettes

Une crise d’épilepsie se traduit par une activité électrique anormale du cerveau. Connait-on les causes de cette maladie...

Opgepasst bei Antibiotique Firwat ass Antibiotique schlecht fir d’Verdauung?

Antibiotique ass net nëmmen déidlech fir Bakterien déi krank maachen, mee leider och fir nëtzlech Bakterien. Eng Auswier...

FNR
VIH Sida : Quels sont les effets du virus de l’immunodéficience humaine ?

Pourquoi le VIH est-il si compliqué d’éliminer? Découvre son mécanisme et les avancées de la recherche luxembourgeoise. ...

FNR

Aussi dans cette rubrique

social distancing
Coronavirus Crisis Survey: How well does 'social distancing' work in our day-to-day life?

You would like to help combat the current coronavirus-crisis? Take part in the survey and help researchers find out whether the restrictive measures currently in place in Luxembourg are effective.

Joël Mossong
Coronavirus Shutdown Combien de temps cette situation va-t-elle perdurer au Luxembourg ?

Les mesures actuelles sont-elles suffisantes ? Toute la population ne devrait-elle pas simplement contracter la maladie pour mettre un terme à cette situation ? Qu'est-ce qui nous attend ?

LNS
Social distancing
Crise corona Enquête: Dans quelle mesure le « social distancing » fonctionne-t-il dans notre vie quotidienne?

Faites une contribution pour résoudre la crise et participez à l'enquête! Aidez les scientifiques au Luxembourg à déterminer si les mesures restrictives actuellement en vigueur sont efficaces.

Virus de la grippe Diagnostic et surveillance de l’épidémie saisonnière de la grippe au Luxembourg

Les chercheurs du LNS sont prêts à diagnostiquer des individus potentiellement infectées par le coronavirus. Mais ils sont en fait occupés avec un autre virus.

LNS