© RTL & FNR

Avant de poursuivre la lecture, il est crucial de tenir compte de la mise en garde suivante : n'essayez JAMAIS de cracher du feu sans l'avis d'un professionnel. Ne vous fiez pas aux informations tirées de livres ou d'Internet qui font la plupart du temps l'impasse sur les astuces importantes en matière de sécurité. Cette pratique comporte d'importants risques de brûlure ou d'intoxication !

Comment augmenter l'inflammabilité du bois?

Les cracheurs de feu se basent sur un principe éprouvé par toutes les personnes qui possèdent une cheminée : lorsqu'on met une allumette au contact d'un tronc, on ne parvient pas à l'enflammer. En revanche, si l'on reproduit cette expérience avec du bois mort fin, le feu prend immédiatement. Les fines branches peuvent plus facilement être portées à la température requise qu'un gros morceau de bois. En outre, les petites branches de bois sont entourées de toutes parts par de l'air. Ainsi, le feu est toujours suffisamment alimenté par le bois, inflammable, et l'oxygène de l'air. Ces deux éléments font que les bûches fendues brûlent mieux que de gros morceaux de tronc.

Les astuces du cracheur de feux

Lorsqu'il crache du feu, l'artiste tente de souffler le combustible liquide hors de sa bouche de manière à produire les gouttes les plus fines possible, car elles s'enflamment facilement. Le front de flammes s'étend très vite dans toutes les directions, y compris vers la bouche du cracheur de feu. Un autre point important entre en ligne de compte dans cette pratique : le cracheur doit expulser le combustible hors de sa bouche à une vitesse au moins égale à celle de l'avancée du front de flammes. Le ralenti de la vidéo rapprochée montre bien ce phénomène.

Des spores inflammables

Les cracheurs n'utilisent pas que du combustible liquide ; ils ont également recours à de la très fine poudre inflammable. Il s'agit souvent de spores séchées de lycopode, une plante qui s'épanouit dans les forêts d'épineux et les paysages de lande. Les spores de lycopode sont si petites qu'elles forment, lorsqu'elles sont expulsées, un nuage de poussière qui s'enflamme facilement. En grande quantité, elles peuvent entraîner de redoutables explosions de poussière. Ici aussi on voit les effets des particules de combustible les plus petites possible et de la combinaison optimale avec l'air. Par exemple, si l'on tient une allumette à proximité d'une certaine quantité de farine, elle ne produit qu'une flamme de faible intensité. Par contre, si la farine est éparpillée sous forme de poussière dans l'air, elle peut s'enflammer de manière explosive. On a d'ailleurs vu des moulins entiers partir en fumée.
 

Auteur : FNR
Vidéo : RTL & FNR

Aussi intéréssant