Le zoologiste étudie les animaux dans leur écosystème.

Vu la grande variété d’espèces différentes et les nombreux domaines d’études, le zoologiste se spécialise dans un sujet très précis. Il peut se concentrer sur une classe d’animaux ou une espèce particulière, ou se focaliser sur une problématique précise, comme par exemple les interactions entre les animaux et leur environnement, leur modes de reproduction, leur comportement ou encore la préservation d’espèces en voie de disparition.

Le travail sur le terrain du zoologiste consiste principalement à observer les animaux dans leur environnement et à documenter ces observations sous forme de clichés, films, photos et notes. Selon son poste, il peut également analyser des échantillons au laboratoire, mettre en place des cultures biologiques et à s’occuper d’animaux en captivité. S’il est chercheur, il va consacrer une partie de son temps à la littérature, la rédaction de publications et à l’échange avec d’autres chercheurs lors de conférences et de colloques.

D’une manière générale, le zoologiste doit souvent faire preuve de patience pour observer un certain comportement par exemple. Son travail est souvent transdisciplinaire, car il est confronté à d’autres disciplines scientifiques comme l’écologie, l’anatomie et la génétique.   

La biologie est une science naturelle qui s’intéresse à tout ce qui est en rapport avec la vie et les êtres vivants – leur fonctionnement, reproduction et mode de vie, mais également les molécules, les gènes, les organismes et écosystèmes. Elle se caractérise d’un côté par sa grande quantité de disciplines spécialisées, mais aussi par son tissage avec d’autres domaines scientifiques comme la chimie, les mathématiques et la physique.

Auteur: Corinne Kroemmer

Liens recommandés :

http://www.jcomjeune.com/article-metier/zoologiste

http://www.l4m.fr/emag/metier/sante-animale-226/zoologiste-3049

http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_194027/zoologiste

Infobox

Tout court

Selon sa spécialité, le zoologiste peut être amené à voyager dans des contrées éloignées pour étudier des espèces exotiques ou les observer dans un contexte particulier. Dans d’autres cas, il se concentre plutôt sur des espèces locales et étudie par exemple les effets de l’urbanisation sur nos populations d’oiseaux.

Niveau d’études

Bac + 5 ou bac + 8 en cas de thèse

Employeur 

Organismes de recherche, jardins zoologiques, musés d’histoire naturelle, parcs (régionaux, nationaux ou naturels), structures associatives

Type d’études

Master en biologie ou en science vétérinaires, suivi par une thèse.

Pour en savoir plus sur les études, veuillez vous adresser au CEDIES.

 

Aussi intéréssant

Comment fonctionne la science Que sait la science? L’évidence scientifique en temps de pandémie

Masques, transmission, recommandations AstraZeneca: Les preuves scientifiques se cristallisent principalement dans un pr...

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
FNR ATTRACT Fellow Stan Schymanski Prédire les conséquences du changement climatique grâce à une feuille modélisée

Stan Schymanski et son équipe analysent les répercussions du changement climatique sur nos ressources en eau. La végétat...

Aussi dans cette rubrique

Covid-19
La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le corps développe aussi une protection immunitaire. Quand est-on mieux protégé ?

FNR, LIH
night sky with shooting stars
Perséides 2021 Pic de la pluie des étoiles filantes de l’été

Chaque année, les perséides peuvent être observées entre mi-juillet et fin août. Ce jeudi 12 août, on pourra observer jusqu’à 100 étoiles filantes par heure. A quoi doit-on ce magnifique spectacle?

FNR
flooded crops
Inondations Peut-on manger les fruits et légumes provenant des zones inondées ? 

De l’eau polluée a inondé des champs et des jardins. Les plantes peuvent-elles absorber des substances chimiques, des bactéries et des virus, voire le SARS-CoV-2 ?