(C) University of Luxembourg

Le graphène (dérivé du graphite) est une feuille de l’épaisseur d’un atome sur laquelle les atomes de carbone sont organisés en nid d’abeilles.

Un nouveau type de super-matériau ultrafin pourrait bien révolutionner le monde de la technologie. Le « graphène artificiel » devrait en effet permettre de créer des appareils électroniques et optiques plus rapides, plus petits et plus légers, tels que des cellules photovoltaïques, des lasers ou des ampoules à DEL encore plus performants. 

Des scientifiques ont pour la première fois produit et analysé du graphène artificiel à partir de matériaux semi-conducteurs traditionnels.

Un progrès d’une importance scientifique telle que les résultats ont été publiés récemment dans l’une des premières revues de physique au monde, Physical Review X. Une chercheuse de l’Université du Luxembourg a joué un rôle important dans ce travail extrêmement innovant.

Qu'est ce que le graphène?

Le graphène (dérivé du graphite) est une feuille de l’épaisseur d’un atome sur laquelle les atomes de carbone sont organisés en nid d’abeilles. Résistant, flexible, conducteur et transparent, il présente un énorme potentiel scientifique et technologique. Les scientifiques du monde entier unissent leurs efforts pour comprendre de quelle façon ce matériau, découvert en 2004 seulement, peut être utilisé. Le graphène artificiel présente lui aussi une structure en nid d’abeille, mais au lieu d’atomes de carbone, ce sont des cristaux semi-conducteurs d’une épaisseur de l’ordre du nanomètre qui sont utilisés. En modifiant la taille, la forme et la nature chimique des nanocristaux, il est possible d’adapter le matériau à chaque fonction à laquelle on le destine.

Collaboration internationale

L’Université du Luxembourg participe activement à divers projets de recherche multidisciplinaires transfrontaliers. En l’occurrence, elle travaille en partenariat avec l’Institut d’électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN) de Lille (France), le Debye Institute for Nanomaterials Science et l’Institut de physique théorique de l’Université d’Utrecht (Pays-Bas) ainsi que l’Institut Max Planck de physique des systèmes complexes de Dresde (Allemagne).

Dr. Efterpi Kalesaki, chercheuse à l’Université du Luxembourg, est le premier auteur de l’article dans Physical Review X. « Les nanocristaux de semi-conducteurs auto-assemblés dotés d’une structure en nid d’abeilles constituent une nouvelle classe de systèmes au potentiel considérable », a expliqué Dr. Kalesaki. Le Professeur Ludger Wirtz, directeur du groupe consacré à la physique théorique du solide de l’Université du Luxembourg, a pour sa part ajouté : « Le graphène artificiel ouvre la voie à une grande diversité de matériaux à nanogéométrie variable et aux propriétés 'adaptables'. »

Auteur: Université du Luxembourg
Photo © Université du Luxembourg

 

Infobox

Pour plus d'infos

 

L’article scientifique complet t peut être consulté ici : http://prx.aps.org/abstract/PRX/v4/i1/e011010

Contact: Dr. Efterpi Kalesaki, e-mail  efterpi.kalesaki@uni.lu, T: +352 46 66 44 6693.

 

A propos de l’unité de recherche « Physics and Materials Science »

 

Cette unité de recherche de l’Université duLuxembourg concentre son activité sur la physique des matières condensées. Ses activités couvrent l’ensemble du domaine, de la structure électronique des cristaux  à la thermodynamique des matériaux molles. Les groupes expérimentaux et théoriques travaillent de concert afin de comprendre et de développer des matériaux.

 

Aussi intéréssant

Chercheurs à l’école 2021 Fuerscher*inne ginn zréck an d'Schoul!

Bei der Aktioun "Chercheurs à l’école", déi vum 15. bis den 19. Mäerz 2021 stattfënnt, léiere Lycéesklasse Fuerscher*inn...

FNR
Santé Quel est l’effet de la séparation des parents sur le poids de l’enfant ?

Des chercheurs du Luxembourg et de Londres ont observé que l’indice de masse corporelle (IMC) des enfants de parents sép...

Coopération transatlantique Délégation scientifique du Luxembourg en visite au Québec

Afin de faire progresser la science dans les deux pays, les instituts de recherche du Canada et du Luxembourg souhaitent...

Aussi dans cette rubrique

Portrait Danièle Waldmann
Femme ingénieure Vers des bâtiments écologiques

À UL, Danièle Waldmann a contribué à la création du département de la construction en dur et du génie civil. Elle y mène actuellement des recherches sur la durabilité dans le secteur du bâtiment.

Ultra-légères et extrêmement résistantes Mise au point et essais de nouvelles structures pour les composants aéronautiques et aérospatiaux

Plus un produit est lourd dans l’espace, plus son transport est coûteux. C’est précisément sur ce problème que se penche le nouveau laboratoire de recherche commun du LIST et de l’entreprise Gradel.

People Counter
IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le People Counter de l'IEE a la réponse.

IEE
Simon Bulou
Recherche au LIST : de quoi sera fait l'avenir ? Le plasma – le quatrième état de la matière – et ses applications possibles

Le plasma peut être utilisé pour doter des matériaux de propriétés particulières. Simon Bulou, chercheur au LIST, nous explique ses possibilités.