scienceRELATIONS

Pour ses recherches, Michel Mittelbronn et son équipe ont besoin de tissus cérébraux provenant de patients décédés et de personnes en bonne santé.

Le tissu cérébral permet d’émettre des hypothèses sur le comportement d’un patient.

Pour Michel Mittelbronn, le cerveau définit le caractère d’une personne, qui peut être modifié si la personne souffre d’un trouble neurologique. Une brève observation du cerveau suffit au scientifique pour émettre des hypothèses sur le comportement typique d’un patient décédé. Michel Mittelbronn se base sur les modifications dans le cerveau pour déterminer si un patient a souffert d’une maladie neurologique et laquelle. Par exemple, si une partie du cerveau moyen a perdu sa couleur foncée typique, il est très probable que le patient ait souffert de la maladie de Parkinson et de troubles moteurs. Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, les cellules nerveuses qui contiennent la neuromélanine, un pigment foncé, meurent et donnent une couleur sombre au cerveau sain.

Neuro-oncologie - Cancer du système nerveux

En plus des études sur les maladies neurodégénératives, Michel Mittelbronn et son groupe de recherche en neuro-oncologie étudient les tumeurs cérébrales malignes. Les tumeurs cérébrales se développent lorsque les cellules cancéreuses traversent la barrière hémato-encéphalique. Elles peuvent alors former des structures distinctes ou se transformer en glioblastomes particulièrement dangereux à travers dans le cerveau.

Il n’existe aucun traitement chirurgical contre les glioblastomes, qui se traitent uniquement par médicaments. Les chercheurs veulent donc découvrir les facteurs qui favorisent la croissance des glioblastomes et comment les médicaments inhibiteurs de croissance peuvent surmonter la barrière hémato-encéphalique. La vidéo montre le professeur Mittelbronn découpant un cerveau humain pour démontrer les effets de la maladie de Parkinson et parlant à un patient âgé qui a subi une chirurgie des suites d’une tumeur cérébrale bénigne.

Une base de données de tissus cérébraux humains

Pour ses recherches, Michel Mittelbronn et son équipe ont besoin de tissus cérébraux provenant de patients décédés et de personnes en bonne santé. Des tissus cérébraux humains sont rassemblés dans des « bases de cerveaux » afin d’être utilisés pour des recherches scientifiques. Afin d’avoir accès au plus grand nombre d’échantillons de tissus possible, Michel Mittelbronn et ses collègues espèrent établir une telle « base de cerveaux » au Luxembourg en collaboration avec d’autres partenaires de coopération.

Le programme de financement PEARL du FNR

Avec le programme de financement PEARL, le Fond National de la Recherche (FNR) met à disposition jusqu’à 5 millions d’euros sur une période de 5 ans pour soutenir des experts. Ce financement vise à attirer des chercheurs de haut niveau au Luxembourg et à promouvoir des projets innovants dans les établissements d’enseignement supérieur.

Infos biographiques

Michel Mittelbronn est professeur de neuropathologie et dirige le Luxembourg Centre of Neuropathology (LCNP), créé à l’initiative de l’Institut luxembourgeois de la santé (LIH) et du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l’Université du Luxembourg, ainsi que le National Health Laboratory (LNS). Au Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB), il est responsable d’un groupe de recherche sur les maladies neurodégénératives et au Luxembourg Institute of Health (LIH) d’un groupe de recherche en neuro-oncologie. Il est également chef du service de pathologie du National Health Laboratory (LNS). Avant de rejoindre le LNS en tant que président du PEARL du FNR en 2017, Michel Mittelbronn a dirigé deux groupes de recherche en neuropathologie à l’Institut Edinger de Francfort pendant huit ans.

Auteur & vidéo : scienceRELATIONS

Aussi intéréssant

Aussi dans cette rubrique