(C) MOAST & scienceRELATIONS & FNR

vidéo du lauréat Mahesh Desai

Un régime pauvre en fibres naturelles rend les « bonnes » bactéries de l’intestin « mauvaises ».

Le jury a décerné cette année deux prix dans la catégorie "Outstanding Scientific Publication", qui récompensent des chercheurs pour des publications qui rendent compte de travaux de recherche réalisés principalement pendant leur affiliation au Luxembourg. 

L’être humain n’est pas en mesure de digérer tout ce qu’il mange. Mais il dispose d’une communauté de "bonnes" bactéries dans son intestin, qui l’aident à digérer une partie des aliments.

Dans sa publication dans le journal Cell, Mahesh Desai montre que cette communauté de "bonnes" bactéries peut devenir "mauvaise" lorsqu'elle ne reçoit pas de fibres naturelles que l’on retrouve dans beaucoup de fruits et légumes.  En conséquence, les bactéries commencent à manger la muqueuse intestinale, qui sert généralement de première ligne de défense contre les agressions extérieures et les agents pathogènes. La couche de mucus peut même être rongée par les bactéries, à tel point que des bactéries dangereuses comme celles qui ressemblent p.ex. à E.coli, peuvent traverser et infecter sévèrement la paroi intestinale. Ce qui peut, à son tour, causer des problèmes digestifs ou même conduire à une maladie inflammatoire de l'intestin ou au cancer du côlon.

La publication présente les résultats d'une collaboration entre Mahesh Desai et des chercheurs de l'Université du Luxembourg, du Luxembourg Institute of Health et de l'Université du Michigan aux Etats-Unis.

Le jury l'a sélectionnée du fait de sa publication dans l'une des plus prestigieuses revues scientifique au monde dédiée à la biologie. Il souligne également le caractère remarquable des résultats de la recherche de Mahesh Desai, résultats qui peuvent contribuer à améliorer la santé grâce aux thérapies diététiques.

La publication confirme ce que les chercheurs et les médecins nous disent depuis des décennies: mangeons beaucoup de fibres provenant de diverses sources. 

En vidéo : Manger, ou être mangé ? Plus de fibres dans nos assiettes ! 

À propos de Mahesh Desai:

Mahesh Desai est chercheur principal indépendant au Département Infection et Immunité du Luxembourg Institute of Health (LIH) où il dirige une équipe de recherche. Il est venu au Luxembourg en 2012 pour un post-doc au Luxembourg Centre for Systems Biomedicine de l'Université du Luxembourg. En 2013, il a été FNR INTER Mobility Visiting Fellow à l'Université du Michigan aux États-Unis, ce qui a jeté les bases des travaux qui ont mené à la publication primée par le FNR Award. Les travaux de recherche ont ensuite été soutenus par un financement CORE du FNR au LIH.

Auteur : FNR
Vidéo : (C) Moast Creative Studios en collaboration avec scienceRELATIONS & FNR

Infobox

FNR Award for Outstanding Scientific Publication 2017
Étude sur le sommeil Étude nationale sur la qualité du sommeil pour mieux prévenir les maladies neurodégénératives

Une enquête en ligne est une première étape dans une nouvelle étude longitudinale qui vise à prévenir des maladies telle...

Hormoner Schilddrüseprobleemer: Wou kommen se hier?

Funktionéiert bei ëmmer méi Leit d’Schilddrüs net méi richteg? A wien ass besonnesch ufälleg fir eng Feelfunktioun vun d...

FNR
En iwwerflëssegt Organ? Zwar net! Woufir ass de Blinddarm gutt?

De Blinddarm gouf laang als en Iwwerrescht ouni Notzen aus enger méi fréier Phase vun der Evolutioun ugesinn. Mee huet d...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.

Électrochimie La nanochimie sur une puce pour le traitement du cancer de prochaine génération

Les progrès réalisés en matière de fabrication et de criblage de molécules thérapeutiques pourraient nous rapprocher du rêve d’offrir à chaque patient atteint d’un cancer un traitement personnalisé.

child with mask
Update Étude de cohorte luxembourgeoise Predi-COVID étendue aux enfants

L'étude nationale éclaircira les facteurs de risque associés à la sévérité de la COVID-19 chez les plus jeunes

LIH
niveaux d'incidence Covid-19 Les taux d’incidence de la COVID-19 par pays - Une vision biaisée

Selon des scientifiq. luxembourgeois, qui se sont basés sur une analyse de chiffres européens, un pays ne devrait pas être classé comme zone à haut risque uniquement sur base des niveaux d’incidence.