(C) Michel Brumat/Uni Luxemburg

Les patients pourront à l'avenir participer plus facilement à l'étude luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson – grâce à un nouveau service mobile « Flying Team » pour l’équipe de recherche clinique du National Centre of Excellence in Research on Parkinson’s disease (NCER-PD).

Il s'agit d'un véhicule utilitaire spécialement équipé d'un centre d'études complet pour le programme de recherche. « Ce nouveau véhicule nous permet d'amener la recherche luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson directement jusqu'aux patients. », a déclaré le professeur Rudi Balling, directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l'Université du Luxembourg et coordinateur du programme de recherche NCER-PD. Élement clé de ce programme est une grande étude clinique qui vise à mettre au point de nouvelles stratégies permettant un diagnostic précoce et donc de meilleures possibilités de traitement de la maladie de Parkinson. Le programme a été initié par le Fonds National de la Recherche en 2015. 

Faciliter l’accès à l’étude

« Une participation élevée des patients est une condition importante pour la réussite de l'étude. Cependant, nous souhaitons éviter aux patients de longs trajets jusqu'à la « Parkinson’s research clinic au Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL) », et donc leur permettre de participer à proximité de chez eux », déclare le professeur Rejko Krüger qui, en tant que neurologue au CHL et chercheur à l'Université du Luxembourg, dirige la partie clinique de l'étude.

À l'avenir, les patients pourront par exemple être examinés tout près de chez eux en collaboration avec différents hôpitaux et maisons de retraite au Luxembourg et dans la Grande Région, dans les locaux des associations de patients. Un neurologue et une neuropsychologue de NCER-PD Flying Team effectuent les examens et collectent des échantillons de sang, d'urine et de salive qui sont ensuite traités et conservés dans la biobanque luxembourgeoise (IBBL) pour le programme de recherche.

Assurer la qualité des échantillons en route pour la biobanque

Il est particulièrement important que les échantillons puissent être stockés de manière appropriée dès la phase de transport. Cela est possible grâce à la fabrication spéciale du véhicule, qui a été financé grâce à un don généreux de la fondation André et Henriette Losch. « Avec notre centre de recherche mobile spécialement fabriqué dans la Volkswagen Caravelle, nous apportons une contribution en matière d'assurance qualité. Nous sommes heureux de pouvoir ainsi soutenir la recherche clinique au Luxembourg », conclut André Losch, président de la fondation.

Auteur: Uni Luxemburg
Photo: Michel Brumat/Uni Luxemburg

 

Infobox

 

Aussi intéréssant

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'unive...

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Performance scientifique exceptionnelle FNR Awards 2022 : pour une éventuelle nouvelle thérapie ciblée de la maladie de Parkinson

Ibrahim Boussad et Rejko Krüger reçoivent un prix pour leur recherche dans la médecine de précision pour la maladie de Parkinson.

Allergies alimentaires Quand votre repas vous rend malade

Les scientifiques du LIH apportent un éclairage nouveau sur l’allergie à la viande, une réaction encore mal connue

LIH
Cancer du cerveau Les maîtres du déguisement : De nouvelles tactiques dans la chasse aux cancers métamorphiques

Démasquer un cancer agressif ayant la capacité de modifier son apparence et son comportement afin d'échapper au traitement.

Thérapie alimentaire Une pomme par jour : l’alimentation pourrait-elle être utilisée dans la gestion des maladies auto-immunes ?

Des chercheurs du LIH examinent si le microbiote gastrointestinal peut être modifié pour traiter voire prévenir des maladies auto-immunes.

LIH