Collage of four photos

shotshop.com/FNR

L’annulation des événements publics, des restrictions sur les réunions privées, la fermeture des écoles et le télétravail étaient les mesures les plus efficaces lors de la première vague en 2020.

Pour combattre la pandémie, tous les pays du monde ont adopté différentes mesures « nonpharmaceutiques » visant à réduire la transmission du virus en limitant les contacts entre personnes. Ces mesures incluent les contrôles aux aéroports et les restrictions de la mobilité internationale, l’annulation des événements publics, les restrictions concernant les rassemblements privés, la fermeture des écoles et des lieux de travail, les restrictions de la mobilité interne, la fermeture des transports publics et le confinement à domicile. Toutes ces mesures ont été mises en oeuvre à différents moments de la situation sanitaire et avec différents niveaux d’intensité à travers le monde (recommandées ou obligatoires, limitées à une région ou étendues à tout le pays).

Or ces mesures ont différents coûts sociaux, et il est donc important d’identifier celles qui sont les plus efficaces en terme de réduction du nombre d’infections journalières par le biais de réduction de la mobilité des personnes.

Les chercheurs ont utilisé les données provenant de 175 pays concernés par la première vague de 2020 en combinant différentes sources afin de mettre en relation le nombre d’infections journalières (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)), la mobilité des personnes (Google Commmunity Mobility Reports) et le timing et l’intensité de toutes les interventions non pharmaceutiques à travers le monde (Oxford COVID-19 Government Response Tracker).

Les interventions non-pharmaceutiques les plus efficaces

L’étude révèle que les mesures les plus efficaces pour réduire les contaminations au COVID-19 sont :

1. l’annulation des événements publics,
2. l’imposition de restrictions sur les réunions privées
3. la fermeture des écoles
4. et l’imposition du télétravail.

La contribution principale de cette étude est qu’elle identifie l’effet individuel de chacune de ces interventions non-pharmaceutiques en tenant compte de la mise en place contemporaine d’autres interventions. Ainsi, l’étude montre que les politiques qui réduisent la mobilité des personnes, notamment via la fermeture des transports publics, sont les moins efficaces. En effet, à partir du moment où les gens ne doivent plus aller travailler ou se rendre à l’école, à un concert, ou chez des amis, il ne reste plus grand monde sur qui les mesures de réduction de mobilité peuvent avoir un impact.

Plus en détail

  • Ces mesures mettent en moyenne une semaine pour produire leurs premiers effets.
  • L’annulation d’événements publics et les restrictions sur les rassemblements privés ont contribué à réduire l’incidence de la COVID-19 en empêchant l’exposition à des endroits nombreux et denses, où la règle des deux mètres de distance sociale est plus susceptible d’être violée.
  • Les mesures de confinement à domicile prennent plus de temps à produire un effet. L’efficacité du confinement semble moindre, alors que c’est la mesure la plus difficile à vivre pour la population.
  • Les restrictions de voyages internationaux, ont eu un effet qui n’est que de courte durée, un peu comme un barrage qui, dès qu’il y a une fuite, devient inefficace.

L'étude co-réalisée par N. Askitas (IZA), K. Tatsiramos (Université du Luxembourg /LISER) et B. Verheyden (LISER) est parue dans Nature Scientific Reports.

Auteur: LISER
Éditeur: Michèle Weber (FNR)

 

 

 

Aussi dans cette rubrique

Allergies alimentaires Quand votre repas vous rend malade

Les scientifiques du LIH apportent un éclairage nouveau sur l’allergie à la viande, une réaction encore mal connue

LIH
Cancer du cerveau Les maîtres du déguisement : De nouvelles tactiques dans la chasse aux cancers métamorphiques

Démasquer un cancer agressif ayant la capacité de modifier son apparence et son comportement afin d'échapper au traitement.

Thérapie alimentaire Une pomme par jour : l’alimentation pourrait-elle être utilisée dans la gestion des maladies auto-immunes ?

Des chercheurs du LIH examinent si le microbiote gastrointestinal peut être modifié pour traiter voire prévenir des maladies auto-immunes.

LIH
Thèse en trois minutes Les talents de la communication dans la recherche médicale au Luxembourg

Trois jeunes chercheurs ont remporté des prix dans le domaine de la médecine lors du concours 3-Minute-Thesis (3MT) en présentant leur thèse de doctorat de manière courte et passionnante.