Etude terminée

Le LIH invite toutes les personnes âgées de plus de 64 ans, résidants au Luxembourg et pratiquant deux ou maximum trois langues au quotidien, de participer à leur étude MemoLingua.

L’étude

Le projet Memolingua étudie, au sein de la population Luxembourgeoise, l’impact de la pratique de plusieurs langues sur le développement du cerveau et plus précisément de la réserve cognitive. « La réserve cognitive correspond à l’aptitude qu’ont certains cerveaux à fonctionner à priori, sans aucun problème apparent, malgré d’éventuels dommages pouvant être occasionnés par le vieillissement normal ou pathologique. », explique Magali Perquin, chercheuse et coordinatrice de l’étude au sein du Luxembourg Institute of Health (LIH).

C’est dans ce cadre que l’équipe lance un appel à volontaires et invite les personnes de plus de 64 ans, résidant au Luxembourg et ayant une habitude de pratique quotidienne de deux ou trois langues maximum à se joindre au projet avant la fin de l’année 2017.

Ce qui est déjà connu

« La  réserve cognitive est une formidable  ressource du cerveau due  à des activités cognitivement stimulantes tout au long de la vie », explique le Dr Perquin. « Les personnes ayant un niveau d'éducation élevé ou celles qui pratiquent plusieurs langues développent une telle réserve cognitive.» 

But de l’étude

Quels mécanismes cérébraux sont initiés ou favorisé lors de la pratique quotidienne de 2 ou 3 langues ? Quels domaines fonctionnels du cerveau sont impliqués dans le développement de la réserve cognitive ?
Ce sont les questions auxquelles le groupe de recherche cherche à répondre grâce à une collecte d’informations par questionnaires ainsi qu’à des séances d’imagerie cérébrale …

Dr Perquin précise : «  De nombreux volontaires pratiquant jusqu’à 5 ou 6 langues ont déjà participé à l’étude, c’est exceptionnel et nous les remercions de leur contribution! Pour comprendre de manière optimale comment les habitudes de vie interfèrent sur les fonctionnalités cérébrales, il est également essentiel d’inclure dans l’étude des volontaires utilisant 2 ou maximum 3 langues dans leur pratique quotidienne».

Que doivent faire les participants à l’étude ?

Les participants de l’étude doivent se prêter à deux types d’exercices : Le premier consiste à répondre à des questions posées lors de 2 entretiens d’1h30 environ en face à face, ces questions concernent les pratiques linguistiques des participants, leurs habitudes de vie, leur santé etc. Le deuxième exercice consiste en la réalisation d’une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle du cerveau.

Les différents RDV peuvent se faire sur un laps de temps étalé sur une à deux semaines. Il est très important de noter que l’étude Memolingua se clôture le 31 décembre 2017.  Les coordinateurs font appel à participation surtout à des personnes du Luxembourg ne parlant que 2 ou 3 langues au maximum. Cette étude reste bien évidemment ouverte aux personnes ayant accumulé/pratiqué tout au long de leur vie, un très grand nombre de langues.

Pour participer ou obtenir plus d’informations sur le projet Memolingua, vous pouvez contacter le Dr Perquin (FR, GB) au 26 97 07 44 ou Mme Caldarelli (DE, LU, GB, FR)  au 26 97 07 74.

À qui serviront les résultats de l’étude

« En comparant le fonctionnement cérébral associé à différents niveaux de multilinguisme -entre autres-, cette étude devrait permettre de mieux comprendre les mécanismes neuronaux sous-jacents à la "protection cognitive », dit Magali Perquin.

Les chercheurs essayent de comprendre si la pratique de plusieurs langues est liée (corrélation) à une meilleure réserve cognitive. Si tel serait le cas, ce résultat pourrait servir de fondement à une ou des étude(s) interventionnelle(s), qui vérifiaient si la pratique de plusieurs langues pourrait garantir un moyen de retarder les signes pathologiques du vieillissement.

Magalie Perquin ajoute : « Il est important également, de dégager les bénéfices de cette étude, en termes de santé publique, pour un pays multilingue comme le Luxembourg (ex. la pertinence des outils de détection précoce de troubles cognitifs). »

Collaborations, financements et contacts

Le projet Memolingua a été lancé en juillet 2016 par le Dr Perquin du LIH, le Prof. Nico Diederich, neurologue au Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL) et leurs collaborateurs. L’équipe collabore pour ce projet avec les Professeurs Juraj Kukolja et Gereon Fink de l’Université de Cologne et du « Forschungszentrum Jülich », un centre d’imagerie cérébrale dont la réputation est  internationalement reconnue dans le domaine de la résonance magnétique fonctionnelle.

Contact scientifique :

Dr Magali Perquin
Chercheur et responsable des études MemoVie et MemoLingua
Department of Population Health
Luxembourg Institute of Health
E-mail: magali.perquin@lih.lu
Disponibilité pour interviews : sur demande auprès du service communication

Contact presse :

Juliette Pertuy
Communication Manager
Luxembourg Institute of Health
Tél: +352 26970-893
E-mail: juliette.pertuy@lih.lu

Dr Malou Fraiture
Scientific writer
Luxembourg Institute of Health
Tél: +352 26970-895
E-mail: Malou.fraiture@lih.lu

Auteur: LIH
Éditeur: Michèle Weber (FNR)
Photo: shotshop.com

Aussi dans cette rubrique