(C) CRP Gabriel Lippmann

Opérationnel depuis douze ans, le NanoSIMS au CRP-GL est utilisé pour analyser aussi bien la composition des aciers de nos voitures que pour la recherche biologique ou médicale.

Sorte de microscope géant, le NanoSIMS est un instrument scientifique qui permet d’obtenir des images détaillées et des informations sur la composition chimique d’objets minuscules, comme par exemple les poussières d’étoiles ou l’intérieur d’un cheveu.

Il n’existe qu’une quarantaine de ces instruments dans le monde, et celui installé au sein du département Science et Analyse des Matériaux du Centre de Recherche Public - Gabriel Lippmann (CRP-GL) était un des premiers. Opérationnel depuis douze ans, le NanoSIMS au CRP-GL est utilisé pour analyser aussi bien la composition des aciers de nos voitures que pour la recherche biologique ou médicale.

Visualiser des structures 3000 fois plus petites qu’un cheveu

Les chercheurs peuvent obtenir des images de petits objets de 35 nanomètres de taille. A titre d’exemple un cheveu humain a en moyenne un diamètre de 100 000 nanomètres (100 micromètres) – soit 3000 fois la taille du plus petit objet que le NanoSIMS peut observer!

Obtenir des informations sur la composition chimique

En même temps, l’instrument fournit des informations sur la composition chimique de ces objets grâce à sa technique de base, la spectrométrie de masse d’ions secondaires (voir infobox). Ainsi, les chercheurs peuvent visualiser la composition chimique de l’objet.

Applications dans la recherche biologique et médicale

La plupart des analyses se font en tant que collaborations au niveau national et international. Parmi l’équipe d’analystes de Tom Wirtz, quatre personnes savent utiliser cette machine. Jean-Nicolas Audinot, physico chimiste au CRP-GL, est le responsable scientifique de l’instrument. Les applications sont très variés: « Nous étudions p.ex. la pénétration de produits cosmétiques dans la peau ou nous localisons des pesticides dans les insectes des rivières du Grand Duché », dit Jean-Nicolas Audinot. Tom Wirtz ajoute: «Nous poursuivons en collaboration avec le constructeur des recherches pour améliorer les performances du NanoSIMS. »

Analyser des poisons dans les cheveux

Jean-Nicolas Audinot finit par raconter une expérience plutôt curieuse : « Nous avons pu définir la distribution et la concentration d’arsenic à l’intérieur des cheveux d’une personne décédée. » Cette évidence a été considérée comme une preuve complémentaire pour l’hypothèse d’un empoisonnement à l’arsenic.

Auteur: Michèle Weber
Photo 
© CRP Gabriel Lippmann

Infobox

Ion

Un ion est un atome ou une molécule chargé, c’est-à-dire avec un nombre inégal de protons et d’électrons.

Aussi intéréssant

Psychologesch Wierkung bei Faarwen Wierkt gréng wierklecht berouegend a mécht rout aggressiv?

All Faarf gëtt eng besonnesch psychologesch Wierkung op Mënschen zougeschriwwen. Wat ass drun un där Thees, a wat stécht...

FNR
Enquête luxembourgeoise Les sciences au cœur des méthodes d’investigation de la police

Quelles sont les missions de la police scientifique et technique ? Nos séries disent-elles vrai ? Empreinte digitale ou ...

Prix Nobel de chimie 2019 Vers les batteries au lithium du futur

Trois chercheurs ont reçu le prix Nobel de chimie pour le développement de batteries au lithium. Un chercheur au LIST tr...

Aussi dans cette rubrique

People Counter
IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le People Counter de l'IEE a la réponse.

IEE
Simon Bulou
Recherche au LIST : de quoi sera fait l'avenir ? Le plasma – le quatrième état de la matière – et ses applications possibles

Le plasma peut être utilisé pour doter des matériaux de propriétés particulières. Simon Bulou, chercheur au LIST, nous explique ses possibilités.

Emmanuel Defay
Recherche au LIST : Quelles perspectives pour l’avenir ? Le smartphone de demain : non seulement voir et entendre, mais aussi ressentir

Emmanuel Defay et les équipes du département matériaux du LIST se consacrent à la recherche d’applications dites piézoélectriques qui pourraient révolutionner l'utilisation des téléphones portables.

OCSiAl Scientist
Contest for Researchers Graphene nanotubes: search for the best industrial application

Luxembourg-based Start-Up OCSiAl calls for scientists worldwide to register for the annual international TUBALL Awards.