(C) CRP Gabriel Lippmann

Opérationnel depuis douze ans, le NanoSIMS au CRP-GL est utilisé pour analyser aussi bien la composition des aciers de nos voitures que pour la recherche biologique ou médicale.

Sorte de microscope géant, le NanoSIMS est un instrument scientifique qui permet d’obtenir des images détaillées et des informations sur la composition chimique d’objets minuscules, comme par exemple les poussières d’étoiles ou l’intérieur d’un cheveu.

Il n’existe qu’une quarantaine de ces instruments dans le monde, et celui installé au sein du département Science et Analyse des Matériaux du Centre de Recherche Public - Gabriel Lippmann (CRP-GL) était un des premiers. Opérationnel depuis douze ans, le NanoSIMS au CRP-GL est utilisé pour analyser aussi bien la composition des aciers de nos voitures que pour la recherche biologique ou médicale.

Visualiser des structures 3000 fois plus petites qu’un cheveu

Les chercheurs peuvent obtenir des images de petits objets de 35 nanomètres de taille. A titre d’exemple un cheveu humain a en moyenne un diamètre de 100 000 nanomètres (100 micromètres) – soit 3000 fois la taille du plus petit objet que le NanoSIMS peut observer!

Obtenir des informations sur la composition chimique

En même temps, l’instrument fournit des informations sur la composition chimique de ces objets grâce à sa technique de base, la spectrométrie de masse d’ions secondaires (voir infobox). Ainsi, les chercheurs peuvent visualiser la composition chimique de l’objet.

Applications dans la recherche biologique et médicale

La plupart des analyses se font en tant que collaborations au niveau national et international. Parmi l’équipe d’analystes de Tom Wirtz, quatre personnes savent utiliser cette machine. Jean-Nicolas Audinot, physico chimiste au CRP-GL, est le responsable scientifique de l’instrument. Les applications sont très variés: « Nous étudions p.ex. la pénétration de produits cosmétiques dans la peau ou nous localisons des pesticides dans les insectes des rivières du Grand Duché », dit Jean-Nicolas Audinot. Tom Wirtz ajoute: «Nous poursuivons en collaboration avec le constructeur des recherches pour améliorer les performances du NanoSIMS. »

Analyser des poisons dans les cheveux

Jean-Nicolas Audinot finit par raconter une expérience plutôt curieuse : « Nous avons pu définir la distribution et la concentration d’arsenic à l’intérieur des cheveux d’une personne décédée. » Cette évidence a été considérée comme une preuve complémentaire pour l’hypothèse d’un empoisonnement à l’arsenic.

Auteur: Michèle Weber
Photo 
© CRP Gabriel Lippmann

Infobox

Ion

Un ion est un atome ou une molécule chargé, c’est-à-dire avec un nombre inégal de protons et d’électrons.

Aussi intéréssant

Experiment Looss eng Béchs duerchsichteg ginn!

Eng Béchs besteet dach aus Metall - oder? Wéi soll déi dann duerchsichteg ginn? Ma dat ass guer net sou schwéier an du k...

FNR
Science Writing Competition 2021 Pourra-t-on un jour escalader les murs comme Spiderman ?

Pour escalader un mur, les mains d’une personne doivent y adhérer avec une force qui puisse supporter son poids mais ens...

Expérience de Noël Faites apparaître une étoile avec des cure-dents !

Épatez vos invités lors du repas de Noël grâce à cette petite astuce scientifique !

FNR

Aussi dans cette rubrique

Mentor exceptionnel FNR Awards 2022 : « Ne croyez rien au début de votre recherche. »

Le professeur en ingénierie Christoph Odenbreit a reçu un prix du FNR pour l'excellence de son mentorat.

Mentor exceptionnel FNR Awards 2022 : « Nous sommes tous des chercheurs, mais avant tout, nous sommes des êtres humains. »

La physicienne et cheffe du laboratoire de photovoltaïque Susanne Siebentritt reçoit un prix du FNR pour l'excellence de son mentorat.

Avancée scientifique exceptionnelle FNR Awards 2021 : Un pas vers des systèmes de refroidissement plus efficaces et plus respectueux de l'environnement

Une équipe de chercheurs en sciences des matériaux du Luxembourg Institute of Science and Technology a reçu un prix pour un record du monde.

Portrait Danièle Waldmann
Femme ingénieure Vers des bâtiments écologiques

À UL, Danièle Waldmann a contribué à la création du département de la construction en dur et du génie civil. Elle y mène actuellement des recherches sur la durabilité dans le secteur du bâtiment.