Les dangers de la migration des crapauds : pourquoi les voitures roulant à vive allure leur sont surtout fatales

12.04.17

natur&ëmweltImprimer cet article

D'innombrables crapauds se retrouvent à nouveau sur le chemin qui les mènera à leur site de reproduction. La biologiste Elisabeth Kirsch, de natur&ëmwelt, nous explique ce que cela signifie vraiment.

Madame Kirsch, comment font les crapauds pour retrouver le chemin qui les mènera à leurs eaux de frai ?

À ce jour, nous ne savons toujours pas exactement comment les animaux y parviennent. Il semble cependant que leur lieu de naissance agisse sur eux comme un aimant.

Et que font les crapauds s'ils ne peuvent pas y accéder ? Plus spécifiquement, comment savent-ils si et où il existe d'autres eaux de frai ?

Les crapauds sont extrêmement fidèles à leur site de frai et retournent souvent toute leur vie dans les eaux qui les ont vus naître. C'est un comportement qui évolue : le lien entre les eaux de frai et la survie des individus correspondants a été établi, et il est très probable que le site de naissance soit toujours adapté pour le frai.

Les crapauds ne se laissent donc la plupart du temps pas détourner par des routes, des fossés et autres obstacles qui leur barrent le chemin. Ils longent ainsi également les barrières pour crapauds jusqu'à ce qu'ils trouvent une issue. Il s'agit souvent d'un tunnel pour les crapauds ou encore d'un seau. En cas d'obstacles ou de destruction de ces eaux, la fidélité à ce site de reproduction peut rapidement entraîner la disparition de populations entières.

Pourquoi les crapauds migrent-ils en groupes ?

Presque tous les animaux d'une population migrent en même temps, ce qui entraîne des migrations de masse. Des facteurs météorologiques, comme une température de l'air supérieure à 5 °C et la pluie, déterminent le moment de la migration pour les crapauds, mais des facteurs spécifiques à la population entrent également en ligne de compte. Les crapauds communs possèdent aussi probablement une sorte d'horloge interne. On suppose que le moment de leur naissance définit le moment où ils sont prêts à se reproduire en fonction du temps qui s'est écoulé.

Et pourquoi migrent-ils la nuit ?

Ils migrent surtout en début de nuit, dans les deux ou trois premières heures après le crépuscule. Il y a plusieurs raisons à cela. Outre l'humidité supérieure de l'air, le nombre réduit de prédateurs, comme le héron cendré et la couleuvre à collier, joue également un rôle.

De nombreux crapauds se font écraser lors de leur migration. Mais beaucoup meurent aussi sur la route, sans avoir été touchés par les roues des véhicules. À quoi cela tient-il ?

Cela est dû aux turbulences d'air créées par les voitures qui roulent.  Même lorsque les pneus des voitures ne touchent pas les crapauds, ceux-ci meurent souvent à cause du changement de pression soudain : devant la voiture, il y a une surpression et sous la voiture, une dépression. De ce fait, les organes internes s'échappent par les orifices naturels du corps. Plus les voitures passent vite, plus le changement de pression est important. Et même lorsque les crapauds survivent, la perte d'orientation qui en découle peut entraîner leur mort.

Et quels autres dangers les guettent ?

Ils peuvent trouver la mort dans une bouche d'égout. Lorsque des crapauds se retrouvent devant une route lors de leur migration, ils la traversent. S'il y a une bordure de trottoir de l'autre côté de la route qu'ils ne peuvent pas franchir, ils poursuivent leur chemin le long de cet obstacle jusqu'à tomber dans la bouche d'égout suivante. Ils s'y noient la plupart du temps.

Et il y a également le danger du dessèchement. Si les crapauds migrent par une nuit pas assez humide, il se peut que les prés et les champs soient suffisamment humides, mais que les grandes routes restent sèches. Les crapauds peuvent donc se dessécher en traversant ces routes. Pour finir, ils ne se déplacent que très lentement. Les mâles parcourent en moyenne à peine plus de 30 mètres par heure et les couples, sur le dos l'un de l'autre, seulement 20 à 25 mètres.

Auteur: Uwe Hentschel

Photo: Pixabay

 

Diaporama

Egalement dans cette rubrique

Farbenprächtige Überschwemmungsgebiete: Wie Wärmebilder zu einem verbesserten Hochwassermanagement beitragen können

20.07.17 Luxemburger Forscher machen mit Wärmebildkameras Überflutungsvorgänge sichtbar - und helfen damit Flächen auszumachen, die besonders anfällig für Überflutun...> Lire l'article complet

Meet the Scientists: Matias Pasquali, Plant Pathologist

07.07.17 Infections fongiques dans les champs de céréales: Comment se propagent-elles? Quels sont leurs dégâts? Et comment peuvent-elles être évitées? C'est le sujet...> Lire l'article complet

Mieux comprendre et prédire le comportement de la neige

02.03.17 Des ingénieurs de l'Université du Luxembourg travaillent avec des scientifiques suisses en vue de mieux analyser les propriétés mécaniques de la neige. > Lire l'article complet

En halleft Jorhonnert geodynamesch Miessungen zu Lëtzebuerg

16.01.17 Wann et iergendwou op der Äerd rubbelt, da mierke mir dat hei zu Lëtzebuerg. > Lire l'article complet

Vers un meilleur système de rotation des cultures de COLZA

29.11.16 Engagés depuis une année dans un projet dédié à diminuer les pesticides dans les eaux du Luxembourg grâce à une meilleure rotation des cultures du colza, le...> Lire l'article complet

Sur le même sujet