Des innovations pour le secteur financier

17.08.17

Luxembourg School of Finance
University of Luxembourg
Imprimer cet article
Dans les mauvaises périodes, doit-on se retirer du marché ou continuer de se diversifier à l’international ? Une question qui tourmente de nombreux investisseurs, mais qui fait aussi l’objet de recherches à la « Luxembourg School of Finance » de l’université. Bulgare d’origine, Denitsa Stefanova effectue des recherches postdoctorales à l’Université du Luxembourg depuis 2014 dans le domaine de la gestion des actifs ; un secteur d’activité particulièrement important pour la place financière luxembourgeoise. 

Après avoir obtenu son diplôme en « International Economic Relations » en Bulgarie, Denitsa Stefanova a travaillé au service de controlling financier d’une grande entreprise industrielle et s’est rapidement rendu compte qu’un travail routinier ne lui convenait pas. Après un master de l’Université de Nantes, elle a obtenu son doctorat en sciences financières à HEC Montréal. C’est là-bas qu’elle a commencé à s’intéresser au fonctionnement des marchés financiers : les risques de krach sont-ils mesurables ? Est-il possible de se détourner des modèles et de prédire ainsi de futurs krachs ? C’est un domaine de recherche vaste et très complexe.

Le premier projet universitaire de la jeune chercheuse l’a mené à Amsterdam, où elle a élargi son domaine de recherche aux fonds spéculatifs. Quel est le comportement des investisseurs des fonds spéculatifs et comment influencent-ils la liquidité du marché ? Sont-ils des traqueurs d’innovations, des « first movers » qui passent les premiers à l’action ? Quels sont les avantages du rôle de « first mover » ? « Il est problématique qu’il ne soit pas obligatoire pour les fonds spéculatifs d’établir des rapports et qu’ils soient donc moins transparents que les banques. Nous disposons de peu d’informations pour savoir s’ils sont des meneurs ou des suiveurs sur les différents segments du marché », explique Denitsa Stefanova.  

« Le Luxembourg est la plateforme européenne pour la gestion de fonds. »  

Pour ce sujet de recherche, déménager au Luxembourg était une évidence. « Le Luxembourg est la plateforme européenne pour la gestion de fonds. On ne trouve des relations aussi directes avec l’industrie nulle part ailleurs. De plus, cela m’a attirée de travailler dans une université jeune en plein développement, au sein d’une équipe très internationale. »

Sa vie privée a également certainement joué un rôle dans sa décision puisqu’elle a déménagé avant que son premier enfant soit scolarisé. « Ici, nous sommes en mesure d’offrir un environnement international à notre enfant, un cadre unique en son genre en Europe », raconte la jeune mère. Un atout également pour que les parents planifient leur travail et leur vie à long terme. 

La recherche et l’enseignement au service de l’industrie financière

« Notre travail de recherche n’est pas une fin en soi. L’objectif est qu’il profite à l’industrie financière du pays. » C’est la raison pour laquelle l’industrie financière du Grand-Duché constitue l’une des priorités pour renforcer davantage les réseaux. Des conférences internationales et des séminaires portant sur des thèmes actuels des marchés financiers sont donc régulièrement organisés. Les principaux axes de recherche que sont la gestion des actifs, l’évaluation des actifs, la gestion des risques et la diversification internationale sont taillés sur mesure pour les besoins de l’industrie financière locale.

Outre la recherche, l’enseignement n’est pas en reste, puisque la « Luxembourg School of Finance » propose entre autres un master en gestion de patrimoine. « Je travaille étroitement et de manière intensive avec environ 30 étudiants de master et sept doctorants. Nos relations étroites avec l’industrie financière présentent bien entendu également un grand avantage, même du point de vue de l’emploi. Dans ce domaine, l’Université du Luxembourg occupe une niche rarement aussi orientée vers l’international. » Si le Dr Stefanova devait donner un conseil à tous les étudiants et aux futurs chercheurs, elle leur dirait de choisir un thème d’actualité : « La spécialisation est la clé de la réussite, non seulement dans la recherche, mais aussi pour commencer sa carrière professionnelle. »

Auteur: Barbara Fischer-Fürwentsches

Egalement dans cette rubrique

Le chômage chez les jeunes diplômés : pourquoi de plus en plus d’universitaires sont sans emploi au Luxembourg

08.05.18 En l’espace de dix ans, le nombre de jeunes diplômés sans emploi a triplé. Le Luxembourg est-il dépassé par l’essor de sa formation ? > Lire l'article complet

Recherche sur la douleur : qui sont les plus sensibles - les hommes ou les femmes ?

03.05.18 On dit souvent que les hommes seraient incapables de mettre un enfant au monde car ils sont bien trop douillets. Mais est-ce vraiment le cas ? > Lire l'article complet

Research trends: Herméneutique numérique – Une mise à jour de la pensée critique au sein des sciences humaines

27.04.18 L’herméneutique est une méthode fondamentale utilisée par les historiens depuis environ 150 ans.> Lire l'article complet

"LALA": Un programme préscolaire d’initiation à la lecture mis en pratique et évalué scientifiquement

10.04.18 Prévenir les difficultés d'apprentissage chez les enfants et leur faciliter la scolarité: Des chercheurs de l'Université du Luxembourg ont mis au point un p...> Lire l'article complet

La culpabilité par association dans les sciences : L’inconduite scientifique porte préjudice aux anciens collaborateurs

17.03.18 La confiance est primordiale dans la communication scientifique. L'inconduite d'un chercheur peut détruire la réputation de nombreux chercheurs. > Lire l'article complet

Infobox

Série d'articles "Chercheurs à l'Université du Luxembourg"

Cet article est traduit d'une série d'articles initialement publiés dans le Luxemburger Wort


Sur le même sujet