Meet the Scientists: Matias Pasquali, Plant Pathologist

07.07.17

LISTImprimer cet article

Infections fongiques dans les champs de céréales: Comment se propagent-elles? Quels sont leurs dégâts? Et comment peuvent-elles être évitées? C'est le sujet de recherche de Masquali Pasquali au LIST. 

Chercheur au Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) entre 2008 et 2016, Matias Pasquali travaillait sur les infections dans les plantes, plus particulièrement des infections fongiques dans les céréales. Une fois les grains sont infectés par le champignon, ils doivent être éliminés, parce que es champignons produisent des toxines, des substances toxiques qui pourraient être nocif pour les humains. « Une fois produites et incluses dans les céréales, il n'y a aucun moyen d'enlever les toxines », dit Matias.

« La seule arme dans la lutte contre les toxines est la prévention »

Par conséquent, la prévention des infections fongiques est actuellement la seule arme pour les combattre et réduire les coûts énormes liés à l'élimination de plantes malades. Matias Pasquali étudiait au LIST comment le champignon se répand dans les champs de céréales, quels sont les facteurs qui favorisent la propagation et aussi ce qui déclenche la production de toxines.

Combiner les informations des champs avec ceux du labo

Pour sa recherche, Matias a collectionné des échantillons dans des champs au Luxembourg, qu'il a ensuite examiné au laboratoire. Il a isolé le champignon du grain, a determiné les charactéristiques génétiques de ce dernier, et a confirmé que de la toxine a été produite.  Il a ensuite combiné les informations du terrain et du laboratoire, et a établi une carte de la propagation des champignons dangereux au Luxembourg et en Europe. Cette carte sert à fournir des informations sur le risque d'infection pour les champs de céréales.

Collaboration avec des partenaires européens

« Nous avons constaté que c'est difficile à comprendre, quels facteurs causent les infections dans les champs », explique Matias Pasquali, « c'est pourquoi nous avons développé, ensemble avec des collaborateurs européens, un outil en ligne pour partager toutes les informations. » Ainsi, les chercheurs essayent de comprendre ensemble p.ex. sous quelles conditions environnementales des nouvelles toxines apparaissent, ou encore quel influence la plantation antérieure a sur les quantités de toxines produites.

Auteur: Jean-Paul Bertemes, Michèle Weber (FNR)
Vidéo: Jean-Paul Bertemes, Michèle Weber (FNR) & MOAST 

Egalement dans cette rubrique

Microleidus Melusinae: Meeressaurierart in Luxemburg entdeckt

22.01.18 Ein im Süden Luxemburgs ausgegrabenes Fossil wurde vom MNHN untersucht – es handelt sich um eine bislang unbekannte Art eines seltenen Meeressauriers. Ein S...> Lire l'article complet

État de santé et de conservation des différentes espèces et habitats au Luxembourg

04.01.18 Le LIST, en collaboration avec le Ministère du Développement Durable et des Infrastructures a présenté les programmes de surveillance de la biodiversité exi...> Lire l'article complet

FNR Awards 2017 : Pour une promotion de la microbiologie auprès de tous

15.12.17 Du Concours Jonk Fuerscher à la plateforme Watergram, Christian Penny communique la Science auprès de tous. > Lire l'article complet

Agriculture de précision: Comment le Luxembourg peut réduire les pesticides dans son agriculture

22.11.17 Avec des essais terrain et à l’aide de drones, des chercheurs du LIST visent à diminuer la contamination des eaux souterraines. > Lire l'article complet

Farbenprächtige Überschwemmungsgebiete: Wie Wärmebilder zu einem verbesserten Hochwassermanagement beitragen können

20.07.17 Luxemburger Forscher machen mit Wärmebildkameras Überflutungsvorgänge sichtbar - und helfen damit Flächen auszumachen, die besonders anfällig für Überflutun...> Lire l'article complet